Attaque au domicile de Hama, le gouvernement nigérien donne sa version des faits

Le ministre de l’intérieur du Niger Hassoumi Massaoudou a animé mardi 4 Mars un point de presse, suite à l’attaque supposée de la résidence du Président du parlement, Hama Amadou, dans la nuit du 16 au 17 février dernier et qui aurait fait l’objet de tirs.

Répondant aux propos de ce dernier, qui a reconnu, que l’attaque à son domicile était sujet à controverse, Hassoumi Massaoudou va plus loin et pour apporter des précisions aux journalistes nigériens, affirme que selon les premières conclusions de l’enquête  » il n’y a pas eu d’ attentat à la vie de Monsieur Hama Amadou et d’attaques à son domicile ».

Cette affaire qui défraie la chronique dans la presse nigérienne, divise aussi la classe politique. Les militants de Lumana, le parti de Hama, estiment que leur président a bien été la cible d’une attaque, tandis que dans le camp présidentiel nigérien, on évoque la théorie du complot.

Des déclarations qui interviennent en pleine session des lois de l’Assemblée, une session qui vient de s’ouvrir sur les risques d’un dépôt d’une motion de défiance à l’encontre du Président du Parlement.

Monsieur Hama Amadou président du parti Modem LUMANA/FA, avait fait alliance avec le parti au pouvoir pour remporter le second tour des élections présidentielles de mars 2011 au Niger. Des élections survenues suite à un coup d’Etat qui a mis en déroute l’ancien président Mamadou Tandja face à sa volonté de briguer un troisième mandat à l’encontre des lois de la constitution. Visant les élections présidentielles de 2016, Hama a claqué la porte de la coalition au pouvoir pour rejoindre l’opposition en octobre 2013. Il se réclame comme le premier opposant politique du président Mahamadou Issoufou.

PARTAGER