Burkina Faso : Opération de ratissage aux alentours de l’hôtel

Les autorités burkinabè n’ont pas encore communiqué le bilan officiel de l’attaque terroriste d’hier nuit à Ouagadougou. Selon certaines sources sécuritaires, le bilan provisoire fait état d’une vingtaine de morts. Le ministre de l’intérieur a annoncé la libération de 126 personnes, dont 33 blessées.

Une opération de ratissage est en cours aux alentours des hôtels situés sur l’avenue Kwamé Nkrumah.

C’était aux environs de 19h30, ce vendredi 15 janvier, quand des détonations et des tirs nourris ont retenti en plein centre-ville de Ouagadougou.

Le restaurant Cappuccino situé sur l’avenue Kwamé N’kruma a été pris pour cible par plusieurs hommes armés et cagoulés.

Ils ont ouvert le feu dans ce restaurant chic de la capitale fréquenté pour la plupart par les Européens.

Un serveur encore sous le choc, affirme au correspondant de Sahelien.com n’avoir pas vu les tireurs mais dès qu’il a entendu les tirs, il s’est réfugié dans les toilettes avec une quinzaine de personnes.

Les assaillants sont allés ensuite au Splendid Hotel, un établissement hôtelier – également fréquenté par les Occidentaux – situé en face du Cappuccino.

Chemise tachée de sang, le serveur rencontré par notre correspondant indique avoir « rampé sur des cadavres » pour sortir du bar-restaurant.

Une prise d’otage est alors en cours à l’hôtel. L’armée burkinabè avec l’appui des forces spéciales françaises et américaines ont lancé l’assaut vers 2 heures du matin pour déloger les assaillants.

C’est pour la première fois que le Burkina Faso fait face à une telle attaque terroriste en plein cœur de la capitale.

Un peu plutôt hier vendredi, un communiqué de l’armée burkinabè a indiqué qu’une attaque contre un convoi de gendarmerie avait fait deux morts dans après-midi aux environs de 14heures, dans le nord du pays à la frontière avec le Mali.

Le couvre-feu a été instauré de 23 heures à 6 heures et ce, jusqu’à nouvel ordre.

PARTAGER