Burkina Faso : Roch Kaboré investi, fin de la transition

Un mois après son élection au premier tour de la présidentielle, Roch Marc Christian Kaboré a été officiellement investi président du Faso, ce mardi 29 décembre.

Une cérémonie sobre s’est déroulée au palais des sports de Ouaga 2000 devant près de trois mille spectateurs, dont neuf de chefs d’état de la sous-région et de l’Afrique centrale.

Parmi eux, figurent les présidents Alassane Ouattara de la Côte d’Ivoire, Ibrahim Boubacar Keita du Mali, Yayi Boni du Bénin, Macky Sall du Sénégal mais aussi le gabonais Ali Bongo Ondimba.

Pour le président de la transition Michel Kafando, c’est un jour historique pour le Burkina Faso car selon lui, c’est la première fois dans ce pays qu’un président civil transmet le pouvoir de façon démocratique à un autre président civil.

Et d’ajouter que c’est une nouvelle ère qui s’ouvre pour le Burkina Faso engagé résolument dans la voie de la démocratie.

Le nouveau président, pour sa part, promet de travailler pour la paix, la justice et la réconciliation ainsi que des réformes dans l’administration et dans plusieurs domaines.

Il exhorte ses compatriotes à un changement de mentalité et s’engage à œuvrer pour le passage à une 5è république.

Le Burkina Faso renoue donc avec la normalité, après treize mois de transition quelquefois mouvementés.

A quelques jours du démarrage de la campagne électorale, en septembre dernier, un coup d’Etat a été perpétré par le général Gilbert Diendéré, un proche de l’ancien président Blaise Compaoré chassé par la rue en octobre 2014.

Le général putschiste a finalement remis le pouvoir aux autorités civiles de la transition sous la pression du peuple et de l’armée.

A l’issue de l’élection présidentielle du 29 novembre, Roch Marc Christian Kaboré, a obtenu, dès le premier tour 53,49% des suffrages contre 29,65% pour Zéphirin Diabré, son principal challenger.

PARTAGER