Burkina Faso : Un dépôt d’armes attaqué par des éléments de l’ex-RSP

Le dépôt d’armes et de munitions de Yimdi, situé à une vingtaine de
kilomètres à l’ouest de la capitale burkinabè, a été la cible d’une
incursion, tôt ce vendredi matin.

Des riverains rencontrés par le correspondant de Sahelien.com ont dit
avoir entendu des tirs, à partir de trois heures du matin. Ils ont
d’abord pensé que ces tirs venaient de la ville avant de constater
qu’ils provenaient du camp tout proche. Les détonations auraient cessé
environ deux heures plus tard.

Dans la matinée, plusieurs pick-ups de l’armée entraient et sortaient
du camp. Mais les soldats gardaient à distance la presse.

Dans un bref communiqué, l’armée affirme que l’attaque a été conduite
par des anciens éléments du Régiment de sécurité présidentielle (RSP),
la garde présidentielle qui a tenté un putsch en septembre dernier.

« Les auteurs de cette tentative ont été identifiés comme étant des
éléments récalcitrants de l’ex-RSP », indique le communiqué. Après l’échec
du coup d’Etat, cette unité a pourtant été démantelée.

Selon une première source sécuritaire, il n’y a eu ni victime, ni
prisonnier. Mais une autre source sécuritaire affirme qu’une vingtaine
d’hommes ont ligoté les gardes du magasin d’armement. Un soldat aurait
alors été blessé. Les assaillants sont repartis avec des armes et des
munitions dont on ignore encore la nature et le nombre.

Le dépôt de Yimdi était un poste du RSP. Il avait été repris en septembre par des troupes de l’armée régulière restée fidèle au gouvernement de transition.

En décembre dernier, les services de sécurité burkinabè ont affirmé
avoir déjoué un projet d’évasion conduit par d’anciens soldats du RSP.
Ces derniers voulaient libérer les généraux Gilbert Diendéré et
Djibril Bassolé, accusés d’avoir participé au putsch manqué le 17
septembre 2015 contre le gouvernement de transition mis en place après
la chute du président Blaise Compaoré.

PARTAGER