Education des filles : le Mali parmi les 10 « mauvais élèves »

Depuis 6 ans, la « Journée internationale de la fille », initiée par l’Agence ONU Femmes, est célébrée le 11 octobre. A cette occasion, l’ONG ONE publie un rapport intitulé «Accès des filles à l’éducation dans le monde : les mauvais élèves ».

Le Mali (en 6e position du classement) a trouvé une place sur le podium des 10 « mauvais élèves », avec le Soudan du Sud, la République centrafricaine, le Niger, le Tchad, le Mali, la Guinée, le Liberia, le Burkina Faso l’Ethiopie et, seul pays hors du continent, l’Afghanistan.

Aujourd’hui, « plus de 130 millions de filles ne sont pas scolarisées dans le monde », déplore l’ONG ONE, qui cherche à savoir à travers ce rapport les raisons pour lesquelles certaines filles restent sur la touche en matière d’éducation. Parmi celles qui sont scolarisées, certaines rallient l’école dans des conditions difficiles, tandis que d’autres se retrouvent dans des classes où les conditions ne sont pas réunies.

Il se trouve que les 10 pays, dont 9 sont situés en Afrique, où les filles ont le moins accès à l’éducation sont fragiles et pauvres. Les obstacles, nombreux, sont d’ordre social, culturel et économique. Ainsi, dans ces pays, les filles se marient avant l’âge de 18 ans et « en moyenne, une fille sur quatre est obligée de travailler. » Et, last but not least, « un enfant sur trois souffre de problèmes de croissance en raison d’une mauvaise alimentation ». Résultat, près d’un demi-milliard de femmes ne savent pas lire dans le monde.

Le rapport explique qu’au Mali, « moins de la moitié (38 %) des filles ont achevé leur cycle primaire ». Le classement a concerné 122 pays. Il a été fait sur la base de données appartenant à l’UNESO, à travers 11 indicateurs qui reflètent l’accès à l’éducation pour les filles, l’achèvement et la qualité de leur scolarité, ainsi que la situation plus générale du secteur de l’éducation : le taux de filles non scolarisées en âge de fréquenter l’enseignement primaire, le premier et le deuxième cycle du secondaire ; le nombre moyen d’années de scolarisation des femmes âgées de 25 ans et plus ; le taux d’alphabétisation au sein de la population féminine des 15–24 ans; etc.

Sahelien.com
PARTAGER