La coalition terroriste (GSIM) revendique une série d’attaques au Mali et au Burkina Faso

Image d'illustration

Le 17 novembre dernier, la petite bourgade de Taouremba, dans la province du Soum au Burkina Faso, a subi une attaque qui a fait 6 morts dont 4 Koglweogo, un conseiller municipal et un sexagénaire selon le communiqué du ministère de la Sécurité.

Sur Twitter, le président Roch Marc Kaboré, avait dénoncé la « barbarie et la lâcheté des terroristes qui ont semé la désolation ». Selon des sources, les assaillants, armés, étaient au nombre de six et sont venus sur des motos. Au marché du village, ils ont procédé à des tirs et ont saccagé un débit de boisson. Ce même jour, une autre attaque a visé une patrouille de police à Nongodoum, dans le Loroum.

Le 18 novembre, une attaque à Dioungani à 70 km de Koro (Mali), a fait 8 morts, 5 blessés et deux véhicules brûlés dont un appartenant aux Forces armées maliennes.

Ces attaques ont été revendiquées, ce vendredi 24 novembre, par le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans, coalition de groupe terroriste dirigée par Iyad Ag Ghaly.

Sahelien.com 
PARTAGER