Le festival de l’Aïr, un creuset de la culture au nord du Niger

Initié en 2001 comme produit d’appel du tourisme, le festival de l’Aïr a eu lieu cette année à Iferouane, une commune située à l’extrême nord du Niger.

 

 

Placée sous l’autorité du Premier ministre Brigi Rafini, l’édition de cette année fait une part importante à l’imzad, une vielle monocorde très respectée chez les Touaregs du nord du Niger et qui est menacée de perdition.

 

 

Aitock Mohamed, ancien ministre et organisateur de ce festival explique: « l’imzad est le nerf sciatique de la culture touarègue. C’est un vecteur de valeurs morales qui permettent une vie harmonieuse au sein de la société. C’est hélas une tradition qui se meurt à petit feu par manque de relève ».

 

 

Plusieurs délégations venues des quatre coins du Niger y ont pris part. On note aussi la présence de l’Algérie et du Mali dans les différentes compétitions culturelles.

 

 

Une présence saluée par le Premier ministre nigérien : « vous êtes chez vous ici à Iferouane. La légendaire cité qui nous accueille aujourd’hui est heureuse de vous compter parmi ses fils. Soyez les ambassadeurs du retour du tourisme dans le septentrion de ce pays ».

 

 

Au terme de trois jours d’immersion dans le paysage féerique du désert nigérien, les festivaliers gardent un agréable souvenir. « Je suis très content d’être là. J’ai vu des merveilles que je ne suis pas prêt d’oublier », a indiqué, tout joyeux, Denis, un français présent à ce festival.

PARTAGER