Les maliens font le bilan de 23 ans de démocratie

Le 26 mars 1991 à la suite d’un soulèvement populaire, le régime dictatorial du Général Moussa Traoré fut balayé. Souffla ainsi un nouvel air au Mali, celui de la démocratie. La liberté d’expression, le multipartisme, la liberté de la presse entre autres voient le jour. Le pays organise la première élection présidentielle libre et démocratique de son histoire. Ce qui fait du 26 mars pour beaucoup de maliens une date très importante de l’histoire du Mali « le 26 mars représente beaucoup de choses pour moi parce qu’il nous a permis de faire une ouverte politique, ce qui n’était pas possible avec l’ancien régime qui était une dictature. La démocratie a, non seulement, permis une ouverture politique, mais également les partenaires occidentaux ont de nouveau fait confiance à notre pays », dixit Alpha Kouyaté, ingénieur vétérinaire.

Pourtant pour de nombreux maliens aussi, l’ère de la démocratie n’a pas été salutaire pour notre pays. Anabaye Saye la démocratie n’a pas été une réussite au Mali « La démocratie a échoué on n’a pas eu ce qu’on voulait. C’est plutôt le laisser aller que nous vivons. Tout le monde fait ce qu’il veut. Et les leaders politiques ne jouent pas leur partition dans le jeu politique. Ils sont là pour eux même et non pour la masse populaire »

Pourtant pendant plus deux décennies le Mali était cité en exemple en matière de démocratie. Même si cela ne lui a pas évité un autre putsch militaire au pays. C’est pourquoi d’aucuns avaient qualifié la démocratie malienne de démocratie de façade. Pour eux le pays doit tirer les enseignements de nos erreurs pour pouvoir avancer.

PARTAGER