L’industrie de La transformation de la peau à Zinder

La ville de Zinder au Niger est réputée pour son expertise dans l’art de la tannerie, un art transmis de génération en génération depuis des siècles. Ici au quartier Alir Aro, dans l’atelier de tannerie MABJEMA, la méthode traditionnelle est toujours de mise. Les peaux collectées sont immergées trois jours durant dans de la chaux et du natron dilués à l’eau. Ensuite, ces peaux passent dans des pilons pour obtenir des cuire prêts à être transformer.

Cette pratique ancienne de la tannerie, est bien rependue dans la région. Sur les neuf ateliers qu’on y trouve, seulement un est moderne. Et les statistiques en disent beaucoup. « On peut estimer la production à 1200 peaux par semaine, concernant la tannerie traditionnelle.» Mama Gogé, secrétaire général de la coordination des artisans de Zinder.

Cependant les acteurs de l’artisanat local ne comptent pas rester en marge de la modernisation. Pour cela, les artisans ont bénéficiés de multiples formations, qui selon seront suivies d’autres actions, pour améliorer la rentabilité du secteur. Un secteur pourvoyeur d’emploi ici à Zinder. « 800 à 1000 artisans travaillent dans la chaine cuirs et peaux » dixit, M. Mama GOGE.

Pourtant, depuis 1990 l’Etat nigérien s’est désintéressé de cette industrie, malgré la place qu’elle ’occupe dans l’économie du pays. Conséquence, la société Nigérienne des cuirs et peaux SNCP et la société nigérienne de Tanneries ont fermé leurs portes, laissant le secteur dans l’informel.

PARTAGER