Jeudi, le 29 Decembre 2017 | Bamako 23'C, Niamey 23'C, Ouagadougou 23'C | 00: 00 GMT
Accueil OPINIONS Maitriser la natalité en Afrique de l’Ouest : un enjeu interne pour...

Maitriser la natalité en Afrique de l’Ouest : un enjeu interne pour les États concernés

École fondamentale Bourem I (région de Gao)

Un message est toujours bien accueilli s’il provient d’une personne légitime ou légitimé à le faire passer. A contrario, toujours illégitimé quand il provient d’une personne jugée illégitime ou non adoubée.

Les propos contextuels récents d’E. Macron sur la démographie en Afrique de l’Ouest ont été réfutés par beaucoup d’Africains, souvent avec vigueur. Ce qui peut se comprendre au regard des enjeux et tensions actuelles autour de l’accueil des migrants en Europe et des antécédents douloureux entre la France et l’Afrique.

Cependant, il serait dommage de se limiter au seul facteur « légitimité », aux tensions et enjeux et à l’histoire pour analyser, comprendre et solutionner des enjeux internes. Et la démographique en fait partie.

Nous savons tous que la non-maitrise de la démographie dans les pays du sahel occidental et dans d’autres Etats de l’afrique de l’Ouest représente un frein pour l’équilibre économique, social et la paix.

Aucun système social, aucun système éducatif, aucun système de santé, aucun système économique stricto sensu ne peut résister face aux enjeux d’une démographie incontrôlée et incontrôlable.

Il n’est pas question dans mes propos de dire qu’il faut « stopper » les naissances. Non.
Ce qui est préconisé, c’est l’encadrement de la démographie.

Il faut savoir que certains Etat du sahel occidental et Ouest africains vont avoir le double de leurs populations actuelles dans vingt ou trente ans. De quinze million, ils passeraient alors à trente.

Cela voudrait dire que ces États fragilisés pour certains comme le Mali ou le Niger risquent de s’enliser dans les déboires actuels si des mesures fortes ne sont pas prises pour rendre les naissances supportables par les systèmes de protections sanitaires et sociales naissantes, éducatifs et autres encore inexistants voir très affaiblis.

Aujourd’hui, malgré la faiblesse démographique, les pays concernés ont mal à se stabiliser. Certes, on pourrait aborder la problématique de la gouvernance et plus loin des ingérences mais il serait encore plus responsable d’éviter par anticipation des crises qui pourraient alors s’avérer beaucoup plus sévères que celles que l’on connaît actuellement. Il s’agit entre autre de celle de l’eau, de la terre, de l’alimentation, de l’éducation et de la protection socio sanitaire. Des crises liées donc, toujours, à des besoins primaires.

Mohamed Maïga

Ingénieur social, intervenant sur les politiques économiques et sociales. Membre du CRD-Mali (Cadre de Réflexion pour le Développement-Mali)

Blog : https://www.mohamedmaiga.wordpress.com

Les points de vue exprimés dans l’article sont ceux de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement ceux de Sahelien.com.

PARTAGER