Mali : A Gao, les femmes plaident pour une réelle autonomisation

A Gao, les femmes évoluent dans plusieurs domaines d’activités, tels que le commerce, l’agriculture et l’artisanat. Certaines interviennent dans la valorisation des produits locaux comme le tamarin, l’oseille, et le séchage des produits maraîchers.

Avec la crise sécuritaire de 2012, beaucoup de groupements féminins ont dû arrêter leurs activités.

Des organisations non gouvernementales essaient de venir en aide à ces dames, pour relancer leurs affaires.

« Après la libération de la ville, nous avons bénéficié de l’appui financier de ENDA Mali. Ce fonds nous a permis de reprendre nos activités », a indiqué Ami Idrissa Maïga, présidente de l’association Goray si nafa, spécialisée dans la transformation agro-alimentaire, le séchage des produits maraichers, l’assainissement et l’artisanat.

Selon Sékou Traoré, chargé de programmes à ONU Femmes Gao, « le relèvement économique est un moyen de regrouper ces femmes victimes d’atrocité » afin de les prendre en charge et de les rendre autonomes.

Les activités menées sont évaluées par les donateurs pour voir l’impact de leurs financements sur l’épanouissement économique de ces femmes.

Ces dernières dénoncent par ailleurs, la mauvaise foi de certaines personnalités notamment des femmes au sommet de l’Etat.

« On a compris qu’il y a des personnes qui exploitent même les associations quand il s’agit de faire la mobilisation. On nous mobilise pour aller chercher de l’argent en nos noms, mais quand ça tombe, ça devient ma famille, ce n’est plus les associations, on nous a trop escroqué dans cette affaire », regrette Ami Idrissa Maïga. Et d’ajouter:
« Il faut la femme à la place qu’il faut».

Selon elle, le gouvernement doit s’impliquer davantage pour que l’autonomisation des femmes soit une réalité car l’aide des ONG est périodique.

A l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes, le 8 mars dernier, le président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta a remis un chèque d’une valeur d’un milliard de FCFA aux femmes.

PARTAGER