Mali : Accord d’Alger, un point de blocage en moins

Face à la lenteur dans la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation, les parties signataires s’étaient réunies à Alger, sur invitation du ministre algérien des affaires étrangères, Ramtane Lamamra, chef de file de la médiation.

La consultation avait pour objet d’échanger sur l‘évolution de la situation depuis la signature de l’accord en mai et juin 2015.

Dans l’évaluation conjointe de l’accord, la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) et la Plateforme ont pointé l’absence de volonté politique dans la mise en œuvre de l’accord, le retard dans l’élaboration et l’application des textes législatifs règlementaires, etc.

Pour ce qui concerne les questions politiques et institutionnelles, les mouvements armés ont indiqué que « la mise en place des autorités de transition traine à voir le jour ».

« Les régions de Ménaka et de Taoudéni, ainsi que les cercles d’Almoustarat et d’Achibagho, ne sont toujours pas opérationnels, faute de décrets d’application (les autorités ne sont pas encore désignées et les deux régions ne sont pas encore érigées en collectivités territoriales) », avaient souligné la CMA et la Plateforme.

A l’issue du Conseil des ministres, hier mardi, le gouvernement a nommé deux gouverneurs des nouvelles régions du nord du Mali. Il s’agit de Abdoulaye Alkadi, gouverneur de la région de Taoudéni et de Daouda Maïga, gouverneur de Ménaka.

Selon l’accord pour la paix et la réconciliation, une période intérimaire est censée s’ouvrir immédiatement après sa signature.

« Durant cette période, et en attendant l’adoption et l’entrée en vigueur des dispositions légales et de gouvernance (…), des mesures exceptionnelles en ce qui concerne l’administration des régions du nord du Mali sont prises et mises en œuvre », indique l’accord.

Ces dispositions, selon l’accord, ont pour objectifs de garantir l’adoption de textes réglementaires, législatifs, voire constitutionnels, permettant la mise en place et le fonctionnement du nouveau cadre institutionnel et politique, sécuritaire et de défense, etc.

PARTAGER