Mali : au moins 14 militaires tués dans le nord du pays

Un check-point de l'armée dans la région de Tombouctou

Le camp militaire de Soumpi, dans la région de Tombouctou, a été attaqué, tôt ce samedi 27 janvier, aux environs de 4 heures par plusieurs hommes lourdement armés.

Le bilan de l’attaque fait état de 14 morts et 18 blessés ainsi que d’importants dégâts matériels. Selon le correspondant de Sahelien.com à Tombouctou, des renforts sont arrivés sur place et les assaillants sont activement recherchés.


Cette attaque intervient deux jours après de l’explosion d’une mine à Boni dans le centre du pays (région de Mopti) qui a tué 26 civils maliens et burkinabés. Le président de la République, Ibrahim Boubacar Keita, a annulé sa participation au 30è Sommet de l’Union africaine à Addis-Abeba pour se rendre à Boni.

LIRE AUSSI :

Mali : une inquiétante escalade des attaques terroristes

Ces derniers mois, la localité de Soumpi, située à 35 Km du cercle de Niafunké, a été la cible de plusieurs attaques terroristes. En novembre 2017, trois soldats ont été blessés lorsque leur véhicule a sauté sur une mine, peu avant une visite de terrain du Premier ministre Abdoulaye Idrissa Maïga. Un mois plus tôt, deux soldats ont été tués dans une attaque toujours à Soumpi. Plusieurs camions de l’entreprise de construction de route, SATOM, ont été incendiés lors de la même attaque.

Sory Kondo
PARTAGER