Mali : La Conférence d’entente a débuté sans la CMA et l’Opposition

La conférence d’entente nationale a débuté ce lundi 27 mars en l’absence de l’opposition politique et de la CMA, Coordination des mouvements de l’Azawad, ex rébellion signataire de l’accord pour la paix et la réconciliation nationale.

 

Le président du parti Yèlèma, membre de la majorité présidentielle espère que les absents prendront le train en marche.« C’est une manifestation nationale, cruciale pour la restauration de l’entente et de la réconciliation entre les Maliens. Nous invitons tous ceux qui ont marqué de réticence de rattraper le train en chemin », a déclaré M. Moussa Mara.

 

La Plateforme, un autre mouvement signataire de l’accord pour la paix qui était également réticente au départ, participe finalement à la rencontre. « On ne veut pas que des réunions, on a des problèmes à résoudre, il faut que le gouvernement les résolve. Ce qui intéresse la Plateforme et la CMA, c’est l’exécution de l’accord pour la paix », a indiqué Sidi Ould Moussa, membre de la Plateforme.

 

Parmi les participants figure l’association des personnes handicapées. Son président Moctar Ba fonde beaucoup d’espoir en cette rencontre : « nous ne souhaitons pas que le nombre de personnes handicapées augmente encore à cause des séquelles de la guerre. Nous lançons un appel pour que les armes cessent et qu’on se donne la main pour que le Mali puisse aller de l’avant ».

La Conférence d’entente nationale est une étape prévue dans l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale issu du processus d’Alger.  Elle a pour but de « permettre un débat approfondi entre toutes les composantes de la Nation malienne sur les causes profondes du conflit au Nord du Mali ».

La conférence prendra fin le 2 avril prochain et produira les éléments constitutifs de la charte pour la paix, l’unité et la réconciliation. La rédaction de cette charte et son approbation se feront dans un autre cadre, selon Baba Akhib Haidara, président de la conférence.

PARTAGER