Mali : le processus de désarmement lancé en attendant l’enregistrement des combattants

Le lancement du processus de Désarmement, Démobilisation, Réinsertion (DDR), accéléré des combattants du MOC a été fait, mardi 6 novembre à Gao. La cérémonie s’est déroulée en présence des représentants des mouvements armés mais sans les combattants.

La cérémonie prévue mardi matin a finalement eu lieu dans l’après-midi. Certains membres des groupes armés ont fait savoir à Sahelien.com que les officiers au niveau du MOC posent certaines conditions avant le démarrage du processus. Il s’agit entre autres de la confirmation de leur grade, du sort des éléments victimes de l’attentat de janvier 2017 à Gao, du choix des membres de l’équipe d’examen médical.

Lors de son intervention, le président de la Commission nationale de DDR, Zahabi Ould Sidi Mohamed, a souligné que ce lancement officiel a « une très grande signification parce qu’il y a tous les membres des mouvements signataires de l’accord qui sont là, ils cautionnent ce processus par leur présence ».     

Quant au ministre de la cohésion sociale, de la paix et de la réconciliation nationale, Lassine Bouaré, il a invité les parties à « regarder avec sérénité ce processus DDR qui est prévu par l’accord. Nous allons le mettre en œuvre dans le cadre de l’inclusivité la plus absolue possible ». Et d’ajouter : « ce n’est pas le seul volet de l’accord qui peut intéresser et qui peut offrir des opportunités ».

Le processus de DDR-Intégration accéléré concerne en premier lieu, les éléments du Mécanisme opérationnel conjoint (MOC) composés de groupes signataires de l’accord et des forces armées maliennes. Il est censé prendre fin le 30 novembre.

Sahelien.com

PARTAGER