Mali : les cheminots réclament 9 mois d’arriérés de salaire

Ils observent une grève de la faim depuis, ce mercredi 19 décembre à Bamako, et l’entendent continuer jusqu’à la satisfaction totale de leur revendication.

« On est à 9 mois sans salaire. C’est quelque chose d’intolérable », martèle le Secrétaire général du syndicat des travailleurs du rail, Mahamane Thienta. Il indique que cette grève de la faim intervient après des rencontres sans succès avec les autorités.

Il explique, par ailleurs, que l’entreprise Dakar-Bamako Ferroviaire (DBF) est une société qui couvre le Mali et le Sénégal mais que c’est dans son pays qu’il y a problème. « En 2015, après avoir résilié la convention de concession, les deux Etats ont signé un communiqué conjoint pour préserver nos emplois et assurer le payement des salaires jusqu’à ce qu’il y ait un nouvel entrepreneur. Le Sénégal, est en train d’honorer son engagement, mais du côté du Mali, on est à neuf mois sans salaire, or c’est la même société. On est dirigés par une seule personne, l’administrateur général du DBF », a-t-il précisé.

Sory Ibrahim Maïga, Sory Kondo

PARTAGER