Mali : Les habitants de Tombouctou inquiets pour leur sécurité

Trois ans après l’intervention militaire française et onusienne au Mali, pour soutenir les forces armées maliennes à reprendre le contrôle des régions du nord des mains des terroristes, l’insécurité gagne du terrain.

A Tombouctou, les enlèvements de véhicules, les agressions et braquages sont fréquents, malgré la présence de la force multinationale.

« La présence de toutes ces forces ne nous rassurent pas tellement parce qu’on a l’impression que le travail n’est pas fait de façon coordonnée. Nous sommes inquiets », indique Abdoulaye Bouya, un habitant de Tombouctou.

C’est également l’avis de Fatouma Harber, une habitante de la ville. « Je ne me sens pas protégée par ces forces. N’importe qui peut t’attaquer sur n’importe quelle route dans la région de Tombouctou. Il y a des patrouilles mais on se demande si ça nous sécurise », affirme-t-elle.

Le président de la société civile de Tombouctou, Baba Moulaye, est « partagé entre inquiétude et incompréhension ». Selon lui, cette présence massive sans résultat est inquiétante. « Au vu de tout ce dispositif sécuritaire, l’insécurité ne fait que s’accentuer malgré l’état d’urgence ».

« La situation est calme mais elle est toujours imprévisible en raison des menaces terroristes. Il y a souvent des cas de banditisme », souligne lecommandant de la zone de défense de Tombouctou, le colonel Oumar Diarra.

Le commandant de zone salue la collaboration de la population et l’invite à en faire davantage, car elle « est au centre de gravité de la réussite » de leur mission.

Le 15 janvier dernier, deux soldats maliens ont été tués dans une embuscade contre l’armée à Tombouctou. Une semaine plus tôt, une missionnaire suisse a été enlevée à son domicile.

Il y a un mois, trois personnes dont un journaliste d’une radio ont été tuées par un homme armé à Tombouctou.

En novembre 2015, des éléments d’al-Qaida au Maghreb islamiquesurgissent en pleine réunion des membres de la tribu Oulad Ich au nord-est de Tombouctou, en mettant en garde ceux qui vont collaborer avec la France.

PARTAGER