Mali : les magistrats de retour dans les tribunaux

Ils ont repris le travail, lundi 5 novembre après trois mois de grève. Selon un citoyen rencontré dans un tribunal de Bamako, cette reprise est une bonne nouvelle pour la population malienne. 

Au tribunal de grande instance de la commune I à Boulkassoumbougou (district de Bamako) ce lundi, le parking est assez servi, la salle d’audience occupée par quelques justiciables, des magistrats dans les bureaux respectifs et les salles d’attentes sont animées. Le magistrat Ousmane Sidibé affirme que « le travail a bien commencé ici, comme vous pouvez le constater, presque tous les bureaux sont occupés. Une réunion même est convoquée par le président à 10 heures pour discuter du service des audiences et d’autres points ».

L’affluence est au rendez-vous, car des citoyens font la queue pour se procurer des documents comme le casier judiciaire et le certificat de nationalité. Pour Modibo Cissé, cette reprise du travail est un ouf de soulagement pour la population malienne. Il invite les magistrats « à tenir compte de la situation du pays pour que la reprise soit totale ».

Les commissariats affectés par la grève

Les dossiers se sont accumulés et les délais de garde à vue de certains détenus sont largement dépassés. Au commissariat du 12ème Arrondissement, le commissaire par intérim se dit enthousiaste de cette reprise, puisque cela va alléger leur travail. « Sans la justice, rien ne va. Il y a eu des braquages et vols ces derniers temps et nous avons interpellé pas mal de personnes par rapport à ces infractions. Certains ont été gardés ici et d’autres confiés à leurs avocats ou à leurs parents sur instruction du procureur général », a indiqué le commissaire Niambélé. Et d’ajouter : « nous allons reprendre tous ces dossiers et les déférer devant le parquet ».

C’était le 1er novembre dernier que les magistrats ont suspendu leur mot d’ordre de grève à l’issue d’une Assemblée générale. Ils avaient arrêté le travail pendant trois mois pour réclamer plus de sécurité et une revalorisation salariale. Ils ont regagné les tribunaux suite à la satisfaction à 50% de leurs doléances, nous a affirmé Mme Hadizatou Touré, juge au tribunal de grande instance de la commune I.

Sory Ibrahim Maïga, Stagiaire

PARTAGER