Mali : plus de 5 millions de personnes en besoin d’aide humanitaire

Le nombre de personnes déplacées au Mali a fortement augmenté depuis le début de l'année selon Mme Mueller (centre)

Ce nombre de personnes ayant besoin d’assistance humanitaire est le plus élevé depuis le début de la crise en 2012, a indiqué Ursula Mueller, sous-secrétaire générale aux affaires humanitaires et coordonnatrice adjointe des secours d’urgence du Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) à l’issue de sa visite au Mali.

Au cours de son séjour, Mme Mueller s’est rendue à Bankass, dans la région de Mopti pour s’enquérir des conditions de vie des déplacés du fait des conflits. Selon la Sous-secrétaire générale aux affaires humanitaires, le nombre de personnes déplacées au Mali a fortement augmenté depuis le début de l’année pour atteindre plus de 75 000 en fin juillet. Dans la région de Mopti, leur nombre est passé de 2 000 en avril à 12 000 en juillet, a-t-elle précisé en conférence de presse, ce vendredi 31 août à Bamako.

Un malien sur quatre souffre d’insécurité alimentaire

Au Mali comme dans de nombreux  pays du Sahel, l’insécurité alimentaire et la malnutrition sont les besoins les plus importants dans le contexte de la crise agro-pastorale. Selon les acteurs humanitaires, 4,6 millions de personnes (soit 1 Malien sur 4) souffrent d’insécurité alimentaire, dont plus de 930 000 personnes d’insécurité alimentaire sévère et sont dans le besoin d’une aide immédiate durant la période de soudure (de mai à août). L’état nutritionnel des enfants reste une préoccupation majeure pour Ursula Mueller. Le nombre d’enfants souffrants de malnutrition aiguë sévère est passé de 104 000 à 274 000 entre 2017 et 2018.

Mme Mueller a, par ailleurs, appelé la communauté internationale « à plus de solidarité avec les communautés affectées ». Et d’ajouter que des ressources additionnelles immédiates sont nécessaires pour fournir l’assistance à tous ceux qui en ont besoin. « Sans financement suffisant, la crise ne fera que s’aggraver et deviendra encore plus difficile à juguler », a-t-elle souligné.

Marie Dembélé
PARTAGER