Mali/Présidentielle : un second tour marqué par l’assassinat d’un président de bureau de vote dans le nord

Selon la Primature, « hormis ce cas dramatique enregistré dans la région de Tombouctou, le scrutin s’est globalement déroulé sans incidents dans les régions septentrionales ».

A Arkodia, dans la commune de Fituga (cercle de Niafunké), le président du bureau de vote a été tué ce dimanche en fin de matinée par des individus armés non identifiés, a indiqué un habitant de Niafunké à Sahelien.com.

D’autres incidents ont été signalés dans le nord et le centre du pays. A Gouwaki dans la commune de Saboundou, à 40 Km au nord-ouest de Niafunké, le matériel électoral a été emporté. Les agents électoraux ont arrêtés puis relâchés par les assaillants. Dans la commune de Farimaké (cercle de Youwarou), le matériel électoral de plusieurs bureaux de vote a été emporté par des hommes armés à moto, selon un agent électoral.

Dans la région de Mopti, sur les seize villages de la commune de Kewa (cercle de Djenné), les bureaux de vote sont seulement ouverts à Kouakourou, Pora Somono, Pora Nagounanté et Pora Bozo. Dans les trois dernières localités, les électeurs ont peur d’aller voter à cause de la menace terroriste, selon un habitant contacté sur place.

A Ber (région de Tombouctou), les quatre bureaux de vote ont tous ouvert contrairement au premier tour. Toujours dans la même région, plus précisément dans la commune urbaine de Goundam, les différents bureaux des quatre centres de vote ont ouvert à l’heure mais il y avait peu d’affluence lors de notre passage. Le vote s’est également déroulé à Gargando, Ber, Lerneb, et Razelma. La sécurisation était assurée par la Coordination des mouvements de l’Azawad et la Plateforme. Dans les centres de vote de Ménaka, Gao et Tombouctou que nous avons visités, les électeurs ont pu voter dans le calme.

À deux heures de la fermeture des bureaux de vote, le Premier ministre a assisté au point de situation fait par les experts du ministère de la sécurité et de la protection civile. Selon la primature, au moment du passage du Chef du gouvernement au centre de crise, « le nombre de bureaux qui n’ont pas ouvert était de 1,23% contre près de 3,77% lors du premier tour, le 29 juillet. Sur la deux centaines de bureaux où le vote n’a pu avoir lieu, les conditions météos ont été un facteur déterminant du fait de l’impraticabilité des routes dans certaines contrées enclavées où il a fortement plu depuis 48 heures ».

Sahelien.com
PARTAGER