Mali : quinze terroristes « mis hors de combat » selon l’armée française

L’opération antiterroriste française au Sahel, Barkhane, a affirmé avoir mené entre le 15 et le 22 octobre, avec les forces maliennes, « une opération de reconnaissance et de contrôle » dans la zone de Tin-Hama, au sud de Gao.

« L’opération a permis de maintenir la pression sur les groupes armés terroristes présents dans la région », a annoncé l’Etat-major français.

Un peu plus dans l’extrême nord, à Abeibara dans la région de Kidal, l’armée française, en faisant le point de ses opérations jeudi, a annoncé la  » la découverte d’une position d’un groupe armé terroriste  » affilié à Aqmi.

« Cette opération a donné lieu à une frappe par des Mirage 2000 suivie d’une intervention d’hélicoptère Tigre et s’est terminée par une opération au sol », précise toujours l’Etat-major des armées. Ajoutant que l’opération a permis de mettre hors de combat 15 terroristes membres de ce groupe dépendant d’Ansar Eddine (AQMI).

Dans le nord du Mali, Barkhane a multiplié des actions antiterroristes notamment à Kidal où une perquisition musclée au domicile d’un riche homme d’affaires a suscité la colère des populations locales.

Moussa Touré
PARTAGER