Mali : résistance face aux autorités intérimaires à Tombouctou

Prévues pour ce vendredi 3 mars, les autorités intérimaires ne seront installées que le lundi prochain dans les régions de Tombouctou et Taoudéni.

Un compromis, survenu tard hier soir entre le gouvernement et les groupes dissidents, n’a pas permis d’organiser l’évènement.

Officiellement, la cérémonie a été reportée pour des « raisons logistiques ». Jeudi soir, les groupes armés dissidents ont libéré nuitamment l’assemblée régionale qu’ils occupaient suite à des négociations avec le ministre de la Réconciliation, Mohamed El Moctar.

Peu avant, quelques manifestants étaient descendus dans les rues pour réclamer l’installation des autorités intérimaires.

Mais de façon inattendue, la cérémonie d’installation des autorités intérimaires a été reportée au matin du lundi 6 mars pour Tombouctou et dans l’après-midi pour Taoudéni.

Selon des habitants contactés par sahelien.com, des hommes armés ont fait sortir les élèves ce matin pour toujours contester la mise en place des autorités intérimaires.

Une source sécuritaire locale qui a requis l’anonymat précise qu’il y a « des mouvements des combattants du CJA » depuis le matin sur la route de Goundam en direction de la ville de Tombouctou.

Information confirmée par le Congrès pour la justice dans l’Azawad (CJA). « Hier soir, on a déployé plusieurs dizaines de véhicules lourdement armés sur Tombouctou pour bloquer la mise en place des autorités intérimaires ce matin, et exiger l’insertion du mouvement dans tous les organes de mise en œuvre de l’accord », indique Ehameye Ansari, porte-parole du CJA.

Selon lui, certains de leurs combattants sont actuellement au niveau du poste d’entrée à l’ouest et d’autres unités sont positionnées à l’entrée est de la ville. « Nos renforts sont également à moins de 15km de Tombouctou depuis midi et observent l’évolution de la situation », ajoute M. Ansari.

Le mouvement, à l’instar des autres dissidents, revendique sa prise en compte dans les différentes étapes de mise en œuvre de l’accord de paix.

PARTAGER