Mali/Communales: Des localités du centre et du nord privées d’élections

Après plusieurs reports, les élections communales ont finalement eu lieu, ce dimanche 20 novembre, mais pas dans toutes les localités du Mali.

Dans la ville de Mopti au centre du pays, « le processus s’est bien déroulé dans l’ensemble », selon le maire contacté par sahelien.com.

Mais de nombreuses communes de la région ont été privées d’élections. C’est le cas dans le cercle de Tenenkou, selon un habitant, joint par la rédaction qui indique que « seulement les électeurs de deux communes, Tenenkou et Kari, ont pu voter sur les 10 communes que compte le cercle ».

Un candidat de la commune de Kéwa (cercle de Djenné), qui a requis l’anonymat, a déclaré à sahelien.com que c’était hier, aux environs de 15 heures, que le report des communales leur a été annoncé.

« Les porteurs d’uniforme disent qu’ils ne peuvent pas se déplacer en pirogue. Alors qu’en ce moment chez nous, on ne peut pas aller dans la commune sans utiliser ce moyen de transport », a-t-il déclaré.

Il regrette cependant, les moyens mobilisés pour battre campagne. « On a beaucoup dépensé et au dernier moment, on nous informe du report du scrutin. C’est du gâchis ! », a-t-il lancé.

A Tombouctou au nord-ouest du Mali, les élections se sont déroulées sans incident dans la ville, selon le correspondant de sahelien.com.

Mais dans certaines communes comme Hamza-Koma et Sereré, dans le Gourma-Rharous, le matériel électoral a été brûlé, la veille, par des hommes armés.

Dans la ville de Gao, les électeurs ont voté dans le calme selon notre correspondant.

Le cercle d’Ansongo compte 36.000 électeurs répartis dans 255 bureaux de vote et la plupart des bureaux ont ouvert à 8 heures, selon un journaliste local joint par sahelien.com

« Les gens se sont mobilisés autour des bureaux de vote pour accomplir leur devoir citoyen dans la quiétude, notamment dans les communes d’Ansongo, Bara, Ouattagouna, et Tin-Hama. Les casques ont sécurisé les différents centres de vote », a-t-il souligné.

Et d’ajouter que c’est dans les communes de Talataye et de Tessit, que le scrutin ne s’est pas déroulé à cause de divergence de vues sur le plan politique.

A Kidal, des manifestants ont protesté aujourd’hui contre la tenue de ces élections, selon un habitant.

Le 11 novembre dernier, la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) avait indiqué dans un communiqué que « l’organisation de ces élections avant la mise en place des autorités intérimaires est une violation des dispositions de l’accord et des droits civiques de réfugiés et déplacés ».

PARTAGER