Niger : 69000 déplacés après les dernières attaques à Diffa

Les personnes déplacées suite aux attaques perpétrées en mai et juin dans les localités de Yébi et Bosso, dans la région de Diffa, sont estimées à 69000 par les autorités nigériennes, indique le bureau de la Coordination des affaires humanitaires de l’ONU (OCHA), dans son dernier rapport en date du 28 juillet.

Selon l’agence onusienne, certains sont hébergés dans des familles hôtes tandis que d’autres se sont installés de façon spontanée le long de la route nationale sur l’axe Kidjendi-Ngagam.

Le renforcement des mesures de sécurité à Bosso et dans les localités environnantes a favorisé le retour d’environ 80% de la population autochtone, souligne les autorités régionales.

« Les populations déplacées ont dû abandonner leurs biens et leurs moyens de subsistance dans leurs zones d’origine au moment de leur fuite. Elles sont, de ce fait, dans une situation d’extrême vulnérabilité, particulièrement les femmes et les enfants », poursuit le rapport.

Hier jeudi, le Programme alimentaire mondial (PAM) a annoncé qu’il fait actuellement face à un manque de ressources financières qui menace la poursuite de toutes ses activités au Niger.

PARTAGER