Niger : la Banque mondiale va débloquer 80 millions de dollars en faveur des communautés affectées par la crise

Le camp des réfugiés de Tabareybarey est situé à environ 250 km de Niamey

Selon l’institution financière, le Niger compte actuellement sur son territoire plus de 280 000 personnes déplacées par des conflits, dont près de 158 000 réfugiés, 109 000 déplacés internes et 16 000 Nigériens qui ont quitté le Nigéria pour échapper au groupe Boko Haram.

Ce financement de 80 millions de dollars en faveur du Projet d’appui aux réfugiés et aux communautés d’accueil (PARCA) a pour objectif d’aider le Niger à améliorer l’accès aux services de base et aux débouchés économiques des réfugiés et des communautés hôtes dans 15 communes des régions de Diffa, Tahoua et Tillabéri. Il apportera également un soutien institutionnel aux autorités locales, régionales et centrales de ces trois régions et celle d’Agadez.

« Face aux crises multiples qui touchent le Sahel, le Niger est un havre de sécurité pour de nombreux réfugiés. Cette situation met de fortes pressions sur les communautés et les administrations locales qui les accueillent, en plus des personnes déplacées à l’intérieur du pays et des rapatriés. Ce nouveau financement de l’IDA va jouer un rôle déterminant pour offrir des services essentiels et des débouchés aux populations déplacées de force et aux communautés d’accueil dans ces régions, déjà victimes d’une pauvreté endémique », a indiqué Soukeyna Kane, directrice des opérations de la Banque mondiale pour le Niger dans un communiqué.

Le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés, à travers sa représentante au Niger, s’est félicité « de cette nouvelle aide cruciale, qui va permettre de s’orienter vers une approche socioéconomique facilitant l’inclusion des populations déplacées de force, à travers des projets élaborés conjointement par les autorités locales, la Banque mondiale et les équipes du HCR ».

Le PARCA est l’un des 500 projets mis en œuvre dans le cadre de l’Alliance Sahel et fournit un soutien au revenu pour des ménages et des communautés affectés par la crise. Le projet bénéficiera aux réfugiés, aux déplacés et aux communautés hôtes, soit, au total, plus de 500 000 individus.

Omar Hama Saley

PARTAGER