Processus de paix au Mali : après un régime de sanctions, place à un observateur indépendant

Une session du Comité de suivi de l'accord - © Sahelien.com

Alors que le Conseil de sécurité de l’ONU vient de voter une résolution pour la mise en place d’un comité de sanctions pour le Mali, le Comité de suivi de l’accord de paix (CSA) vient de désigner un observateur indépendant. Plus de trois ans après la signature de l’accord.

C’est la Fondation Carter, fondée par l’ancien président américain et prix Nobel de la paix Jimmy Carter, qui va désormais garder un œil sur la mise en œuvre de l’accord de paix au Mali.

Selon l’article 63 du document signé en 2015 par les autorités maliennes et les groupes armés, la mission de cet observateur indépendant est « d’évaluer de manière objective l’état de mise en œuvre de l’accord. » « Il rend public tous les quatre mois un rapport exhaustif faisant le point de l’exécution des engagements pris…, identifiant les bocages éventuels, situant des responsabilités et formulant des recommandations », détaille le même article.

Signé en 2015, ce n’est qu’en mai 2017 que le CSA a adopté une note conceptuelle sur cet observateur indépendant. Sous l’égide de Pierre Buyoya, représentant spécial de l’UA, un groupe de travail avait été constitué pour soumettre une liste restreinte de candidats.

Sa désignation survient après le vote par le Conseil de sécurité d’un régime de sanctions contre les auteurs des violations des termes de l’accord. Mais toutes les deux mesures interviennent après d’innombrables affrontements entre groupes armés signataires et de fréquentes violations du cessez-le-feu sur le terrain, dans le nord du pays.

Aboubacar Dicko
PARTAGER