Terrorisme au Sahel : le Conseil de sécurité de l’ONU appelé à soutenir les pays du Sahel

Face à la montée du terrorisme et de l’extrémisme violent en Afrique de l’Ouest et au Sahel, le Représentant spécial du Secrétaire général et Chef du Bureau des Nations Unies pour la région (UNOWAS), M. Mohamed Ibn Chambas, était à la barre  le 13 juillet, pour exhorter le Conseil de sécurité à soutenir davantage les initiatives nationales et régionales contre cette « menace gravissime », en misant notamment sur le renforcement de la Stratégie intégrée des Nations Unies pour le Sahel.

Cet appel intervient quelques semaines après un haut sommet à Bamako, qui a réuni les pays du Sahel et le président de la République française, Emmanuel Macron, autour des mécanismes de mise en  marche d’une force conjointe  pour  prévenir les menaces terroristes. Et ce, après plusieurs autres rencontres similaires à travers la région.

M. Chambas a  rappelé la vulnérabilité des initiatives des États de la région en faveur du développement, des investissements dans les infrastructures et de la création d’emplois  du fait des facteurs d’insécurité « à la fois traditionnels et nouveaux ».

Le Représentant a expliqué que le terrorisme et l’extrémisme violent, en amplifiant les crises humanitaires et  en menaçant l’intégrité des États de la région, ont exacerbé les menaces traditionnelles en l’Afrique de l’Ouest et au Sahel.

A ces facteurs, s’ajoutent d’autres défis tels que les changements climatiques, le chômage des jeunes, l’urbanisation, les migrations irrégulières et le  trafic des êtres humains, ajoute M. Mohamed Ibn Chambas.

S’agissant du Sahel, M. Chambas a attiré l’attention du Conseil de sécurité sur l’urgence de son soutien en faveur des initiatives engagées dans le cadre militaire afin de protéger les frontières que ses différents pays, notamment le Mali, le Burkina Faso et le Niger ont en commun, pour éviter que l’instabilité au Mali ne puisse servir d’amortisseur aux activités terroristes dans la zone.

Au-delà du sahel, le Représentant a insisté sur l’intensification des menaces terroristes et extrémistes dans le lac Tchad, au Niger, au Cameroun, qui entravent les projets de développement et mettent en difficulté le concours militaire des régions.

Il note également que les activités de contrebande, la criminalité transfrontalière, la traite des êtres humains ne doivent  être masquées par la menace des groupes extrémistes et terroristes.

Sahelien.com
PARTAGER