Tombouctou : des groupes armés réclament leur intégration au MOC

Des tirs ont été entendus tôt, ce lundi 10 septembre, aux abords du QG du Mécanisme opérationnel de coordination (MOC) de Tombouctou. Les groupes armés de la Coordination des mouvements et Front patriotique de résistance (CM-FPR II et III) accusent la mission onusienne d’avoir tiré sur leur position.

Le camp du MOC est sécurisé par la Minusma et elle a empêché ces groupes de s’en approcher, a indiqué une source locale contactée par Sahelien.com, qui ajoute que les Casques bleus ont même tiré des obus en direction des mouvements armés.

« Nous sommes venus dans notre famille qui est le MOC. (…) Nous pensons que les autorités nous ont oubliés. Il faut qu’on montre que nous sommes présents et qu’il ne peut pas y avoir de MOC sans la CMFPR 2 et ses alliés », affirmé un combattant. Et un autre de poursuivre : « voici un obus qui a été tiré par le contingent burkinabè de la Minusma. Notre véhicule a été endommagé par trois balles. On a juste réclamé nos droits. Nous n’avons pas tiré… »

Prévu par l’accord pour la paix et la réconciliation, le Mécanisme opérationnel de coordination (MOC) est chargé de planifier et de conduire les patrouilles mixtes incluant des éléments des Forces armées et de sécurité maliennes et des éléments de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) et de la Plateforme. Le MOC est également chargé de planifier et coordonner toutes les actions et mouvements des combattants pour toute la durée du processus de cantonnement.

Sidi Yahiya Wangara Sory Kondo

PARTAGER