FR | EN

Français | English

dimanche, 04 décembre, 2022

|

21.2 C
Bamako
25.2 C
Niamey
25.1 C
Ouagadougou

|

07:53

GMT

Attaque de Bandiagara: mécontents, des habitants de Songho refusent un don des autorités régionales

Au lendemain de l’attaque qui a fait 31 morts, le gouverneur de Bandiagara s’est rendu sur place pour présenter les condoléances du gouvernement aux populations de Songho.

A la tête d’une délégation, le chef de l’exécutif régional, Meïssa Fané, venu de Bamako a d’abord présenté ses condoléances aux habitants de Songho avant de se rendre sur les lieux de l’attaque accompagné du commandant de la zone du centre, le colonel Oumar Traoré.

Selon les représentants des populations, cette situation était prévisible mais les autorités n’ont rien fait pour déjouer ces genres d’actions qui se répètent quotidiennement dans les environs de Songho.

Au cours de la rencontre, le gouverneur a remis une enveloppe de 200.000 F CFA et deux tonnes de mil, selon des habitants sur place. Sous la pression de la population, le chef du village a retourné les dons au gouverneur et sa délégation qui sont repartis à Bandiagara avec ce qu’ils avaient apporté.

Deuil de trois jours

Au moins 31 personnes ont été tuées et 17 autres blessées au cours de cette attaque survenue, vendredi 3 décembre, sur la route nationale 15 près de la ville de Bandiagara, ont indiqué les autorités.

En route pour le marché de Bandiagara qui s’anime chaque lundi et vendredi, les forains, une cinquantaine environ, à bord de leur véhicule, ont été la cible de tirs nourris. « Après avoir quitté leur village, une fois arrivés sur le bitume, ils ont croisé des individus armés qui ont commencé à tirer sur le véhicule. Le chauffeur a été atteint par balle et a perdu le contrôle du véhicule. Les tirs se sont poursuivis jusqu’à ce que le véhicule prenne feu. Quelques passagers ont pu s’échapper mais une trentaine de corps calcinés ont été retrouvés à l’intérieur de ce qui reste du camion de transport », selon des témoignages recueillis par le correspondant de Sahelien.com.

Un deuil national de trois jours a été décrété à compter du 5 décembre sur toute l’étendue du territoire en hommage aux victimes de l’attaque.

Sahelien.com