FR | EN

Français | English

samedi, 04 décembre, 2021

|

35.2 C
Bamako
34.2 C
Niamey
35.1 C
Ouagadougou

|

14:09

GMT

Au Nigéria, la campagne de vaccination est contrecarrée par des efforts d’approvisionnement et de distribution aléatoires

Par Ope Adetayo

Le gouvernement nigérian prévoit de vacciner 40 % de la population du pays, soit environ 80 millions de personnes, avant la fin  2021, et 30 % de plus d’ici la fin de 2022. Mais selon les experts médicaux du pays, sa campagne de vaccination est compromise par des achats de vaccins désordonnés, une grève des médecins et une mauvaise communication. Les médecins ont déclaré qu’à en juger par les progrès réalisés jusqu’à présent, les objectifs de vaccination ne pourront pas être atteints.

En février, le Dr Faisal Shuaib, directeur exécutif et chef de la direction de la National Primary Health Care Development Agency (NPHDCA), l’organisme paraétatique du Ministère de la santé principalement chargé de la distribution des vaccins, a déclaré aux journalistes que le pays attendait 57 millions de doses de vaccin d’ici la fin avril. Il a précisé que 41 millions de doses proviendront de l’Union africaine, qui a fourni 270 millions de doses aux États membres, et les 16 millions restantes du programme Covax de l’Organisation mondiale de la santé.

Les 41 millions de doses achetées à l’Union africaine devaient être une combinaison des trois vaccins contre le coronavirus actuellement disponibles. Il s’agit de 7,6 millions de doses du vaccin Pfizer-BioNTech, de 15,3 millions de doses du vaccin AstraZeneca et de 18,4 millions de doses du vaccin Johnson & Johnson. Mais les installations de stockage ultra-froid destinées à conserver les vaccins Pfizer ne sont jamais arrivées au Nigéria, et les pourparlers concernant une expédition Pfizer se sont interrompus.

« Il n’y a pas de plan cohérent ; ils ne savent pas quoi faire. Ils savaient qu’il y avait trois vaccins, mais ils ne savent même pas lequel serait utilisé par les nigérians, lequel nous serait favorable », a déclaré à Sahelien.com le Dr Solomon Bakarey, chercheur principal en virologie à l’University College Hospital d’Ibadan.

À la fin du mois de mars, le Nigéria a discrètement abandonné sa stratégie axée sur AstraZeneca en faveur d’un plus grand nombre de vaccins Johnson & Johnson, en faisant valoir qu’il serait plus facile à distribuer car il n’y a qu’une seule injection, contrairement aux autres vaccins qui nécessitent deux injections, à trois ou quatre semaines d’intervalle. Au 31 mars, le pays s’attend à recevoir jusqu’à 70 millions de doses de Johnson & Johnson d’ici la fin de l’année.

Le 2 mars, les autorités sanitaires ont reçu une cargaison de 3,94 millions de doses AstraZeneca à Abuja dans le cadre du programme Covax. Jusqu’à présent, on estime qu’un million de doses ont été distribuées par la NPHCDA.

« Nous sommes en avril et nous n’avons collecté que 3,9 millions de doses d’AstraZeneca. Si vous regardez la population du Nigéria, vous savez que vu la façon dont le gouvernement gère la situation, il n’atteindra pas son objectif d’ici la fin de 2021 », a déclaré M. Bakarey.

En janvier 2021, le Ministère des finances a débloqué 10 milliards de naira (27 027 027 dollars) pour soutenir la production locale du vaccin contre le coronavirus au Nigéria, mais ce programme n’a plus été évoqué publiquement depuis.

Le vaccin d’AstraZeneca a été très controversé, les autorités sanitaires du monde entier interrompant et reprenant son utilisation pour différents problèmes liés à son efficacité contre la variante 501Y.V2 et à l’apparition de caillots sanguins chez certains patients. Un certain nombre de gouvernements ont restreint son utilisation aux personnes âgées de plus de 60 ans.

Après avoir reçu la première livraison de vaccins à Abuja, le gouvernement nigérian a demandé aux citoyens de s’inscrire en ligne afin d’obtenir un rendez-vous pour le vaccin, en donnant la priorité aux travailleurs de première ligne, puis aux personnes âgées, aux personnes souffrant de problèmes de santé sous-jacents et enfin au grand public.

Dans un reportage décrivant la livraison de l’Organisation mondiale de la santé, Thabani Maphosa, directeur général des programmes nationaux de Gavi, a félicité le gouvernement nigérian pour « l’excellent niveau de préparation mis en place » pour combattre la pandémie.

De nombreux nigérians ne sont pas d’accord avec l’évaluation de Maphosa, en raison du manque d’application des directives sanitaires à travers le pays et de l’état de délabrement des hôpitaux publics du pays.

L’Association nationale des médecins résidents (NARD), un important syndicat de médecins, est en grève illimitée en raison du non-paiement des salaires et du refus du gouvernement d’honorer les accords conclus au plus fort de l’épidémie de coronavirus. La grève, qui a paralysé le secteur de la santé publique, coïncide avec la tournée médicale du président Muhammadu Buhari en Angleterre.

La grève pourrait nuire au déploiement du vaccin, selon le professeur Muhammed Adeboye, pédiatre consultant à l’hôpital universitaire d’Ilorin. « Une partie des agents de santé qui administrent le vaccin sont des médecins résidents qui sont en grève. Certains de ces médecins jouent un rôle essentiel », a-t-il déclaré.

Les travailleurs de la santé nigérians qui se trouvent en première ligne de la pandémie reçoivent actuellement 5 000 naira (13,1 dollars) par mois comme indemnité de risque. La gestion d’un système de soins de santé incapable de faire face à une pandémie s’est avérée trop lourde pour les professionnels de la santé du pays.

Le premier cas connu de coronavirus au Nigéria était un homme d’affaires italien travaillant dans l’État d’Ogun, qui a été testé positif le 27 février 2020, après avoir voyagé depuis Milan trois jours plus tôt. Le virus s’est propagé régulièrement à travers le pays, nécessitant une série de confinements. Plus de 160 000 personnes ont été infectées par le Covid-19 au Nigéria, entraînant plus de 2000 décès.

« C’est une grande injustice de la part des politiciens et un mauvais service rendu au comté », a déclaré le professeur Adeboye.  « Le gouvernement a promis une allocation spéciale [lorsque les cas étaient écrasants] mais elle a été arrêtée après trois mois, et même certains travailleurs de la santé n’ont pas reçu de paiement pour ces trois mois au moment où nous parlons. »

À l’heure actuelle, le NPHCDA reste la seule agence distribuant le vaccin dans les 36 États du pays. Les vaccins sont administrés dans les centres de soins de santé primaires en coordination avec le gouvernement local. Mais le processus a été entaché d’embûches.

Alao Abiodun, journaliste dans un quotidien national du Nigéria, a reçu le vaccin à Lagos le 20 mars. Arrivé dans la matinée, il lui a fallu jusqu’à six heures pour recevoir son vaccin.

« Le processus de capture électronique était assez lent, car le serveur était en panne à différents moments », a-t-il déclaré à sahelien.com.

Abiodun n’est pas le seul à avoir trouvé le processus difficile à suivre. Temitayo Olofinlua, un écrivain qui réside à Ibadan, a déclaré que le système d’enregistrement est opaque. « Je sais que les vaccins sont là, mais comment sont-ils administrés ? Je n’en ai aucune idée, juste des photos de personnes qui les ont collectés, éparpillées sur Twitter », a-t-elle déclaré.

« Si avec mon privilège d’accessibilité à l’information et ma volonté de recevoir le vaccin, je n’ai aucun indice, qu’en est-il de la femme du marché qui ne se soucie que de sa survie ? », a-t-elle demandé.

Mme Bakarey estime que l’administration du vaccin uniquement par gouvernement pose problème. Se référant à des programmes de vaccination antérieurs, comme ceux contre la polio et la rougeole, il a déclaré que la participation des institutions privées et des ONG était cruciale pour réussir.

« Le gouvernement essaie juste d’être monopolistique à ce sujet en raison de ce qu’il essaie d’en tirer financièrement. Je ne vois pas pourquoi les ONG et les institutions privées ne peuvent pas être impliquées dans ce projet », a déclaré M. Bakarey. « Dans le cas de la polio, la rougeole entre autres, vous pouvez aller dans une institution privée et vos enfants seront vaccinés. Si vous observez la hiérarchie du système de santé, vous verrez qu’il n’y a aucun moyen d’atteindre la base si le gouvernement est le seul à s’occuper de la distribution. »