FR | EN

Français | English

vendredi, 03 décembre, 2021

|

29.2 C
Bamako
32.2 C
Niamey
32.1 C
Ouagadougou

|

19:37

GMT

Au Nigéria, l’Edtech est en train de révolutionner l’apprentissage des lycéens

Par Kemi Falodun

La Covid-19 a mis en évidence des lacunes et des insuffisances dans de nombreux secteurs de la société, mais elle a également révélé d’importantes possibilités d’innovation. Les écoles ayant été fermées pendant plusieurs mois dans le cadre des mesures visant à endiguer la propagation du coronavirus, les élèves ont dû trouver des alternatives pour leur apprentissage.

La technologie de l’éducation, ou Edtech, décrit les différentes utilisations de logiciels et matériels pour faciliter l’éducation et a été adoptée depuis plusieurs années dans le monde entier. Indépendamment du lieu, les gens peuvent s’inscrire à des programmes en ligne dans différentes disciplines. Cependant, au Nigéria et en Afrique de l’Ouest, peu de plateformes s’adressent spécifiquement aux lycéens.

Lancé en 2019, SimbiBot offre une expérience d’apprentissage personnalisée et interactive à cette couche démographique au Nigéria et au Ghana. Avec différents forfaits allant de 1500 nairas à 10 000 nairas, l’appli SimbiBot est accessible à toute personne ayant accès à Internet. L’année dernière, au cours du confinement, la plateforme a enregistré une augmentation de 69 % des inscriptions, ce qui donne une idée de l’impact que l’Edtech pourrait avoir sur l’évolution de l’éducation au Nigéria.

« LEdtech rend l’apprentissage sans frontières », a déclaré Sodeeq Elusoji, cofondateur et directeur technique de SimbiBot. « Il y a aussi un programme d’études non statique ». Tout est modernisé et mis à jour, pas de place pour les matériaux archaïques. « Pas de professeurs qui utilisent des notes de cours datant de l’époque où ils étaient à l’école », dit-il, en comparaison avec certaines écoles publiques où cette pratique est courante.

Bien qu’il soit un aspect crucial du développement social et économique d’une nation, le secteur de l’éducation au Nigéria est mal financé. L’allocation budgétaire de 5,6 % en 2021 était la plus faible de la dernière décennie, bien en deçà des 15 à 20 % recommandés par l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO). 10,5 millions d’enfants âgés de 5 à 14 ans ne sont pas scolarisés, ce qui souligne la faible valeur décevante que le gouvernement nigérian accorde à l’éducation.

Le principal obstacle à l’Edtech au Nigéria est le manque de services Internet fiables et abordables. SimbiBot a trouvé un moyen de contourner ce problème en rendant le matériel d’étude téléchargeable. « Les fonctions d’apprentissage de base sont disponibles hors ligne », explique Sodeeq. Un autre défi auquel lui et son équipe sont confrontés est la perception rigide de ce que devrait être la scolarité.

« Lorsque vous voulez changer la vision des gens à propos d’une chose, cela prend du temps », a-t-il déclaré.

Le page d’accueil de SimbiBot.

uLesson est une autre plateforme en ligne présente dans toute l’Afrique de l’Ouest. Son programme s’adresse aux élèves de l’enseignement secondaire et vise à offrir une expérience d’apprentissage de qualité sur un large éventail de sujets allant des études commerciales aux sciences pures.

Lorsqu’Aisha Yusuf, une étudiante en ingénierie informatique de niveau 100, s’est inscrite à uLesson, elle espérait que le programme la préparerait de manière adéquate à exceller dans ses examens. À l’époque, elle était au lycée et se préparait au WASSCE et à l’UTME. Elle s’est inscrite en chimie, physique, biologie et mathématiques. C’était sa première expérience d’apprentissage virtuel.

« J’ai appris les composantes de chaque matière que je ne comprenais pas, en particulier la chimie. Cela m’a montré que, quel que soit le temps que j’ai passé loin de l’école, ce qui a été oublié peut facilement être rattrapé », a-t-elle déclaré.

uLesson fournissait des questionnaires et réponses datant de plus de dix ans. Sa principale limite, selon Aisha, était le manque d’accès direct aux enseignants par rapport à l’apprentissage en classe. « Je déplorais le fait de ne pas pouvoir envoyer mes questions à l’enseignant pour qu’il les explique », a-t-elle souligné.

L’inscription à l’UTME commence le 8 avril, et il est possible qu’un fossé existe déjà entre les étudiants qui ont eu accès aux ressources en ligne ces derniers mois, et ceux qui n’y ont pas eu accès. L’internet coûteux rend  pour beaucoup, l’accès à ces plateformes difficiles. Et au Nigéria, où 40 % de la population vit sous le seuil de pauvreté, l’accès à un smartphone ou à un ordinateur est difficile pour de nombreux adolescents. Cette pandémie est la preuve de la nécessité d’intégrer l’Edtech dans les salles de classe et d’éliminer les obstacles à l’accès.

« L’une des idées fausses les plus répandues sur les Edtech est que les gens les voient comme un remplacement de l’école traditionnelle. Mais nous ne le percevons pas de cette façon », a expliqué Sodeeq.

Afin d’apporter un changement durable, l’équipe s’efforce d’encourager les organismes scolaires et les étudiants à adopter les technologies éducatives. « Les écoles seront les moteurs de l’Edtech. Si les écoles n’adoptent pas l’Edtech, il y aura beaucoup de problèmes. »

SimbiBot a depuis reçu une subvention de 20 000 dollars de Facebook Accelerator et une subvention à l’innovation de 5 millions de nairas du Lagos State Science Research and Innovation Council. L’accélérateur FbStart est un programme de Facebook et de l’incubateur technologique CcHub, basé à Lagos, qui fournit un mentorat et un soutien financier aux jeunes entreprises, et a soutenu plusieurs équipes Edtech. Sodeeq a expliqué que le financement initial de SimbiBot était de l’argent personnel, mais qu’ils génèrent maintenant suffisamment de revenus pour soutenir le programme.

L’accueil du gouvernement de l’État de Lagos a été positif, et l’équipe de Sodeeq est en train de mettre l’application SimbiBot à la disposition des élèves des écoles publiques.

Bien que la Fintech ait reçu plus d’attention dans l’écosystème technologique du Nigéria ces dernières années, l’Edtech est également intéressant car il révolutionne la façon dont les jeunes apprennent.      

Avant la conception de SimbiBot, l’équipe a lancé une initiative qui consistait à fournir des questions d’exercices antérieurs aux lycéens pour les préparer aux examens externes. Ils ont rapidement constaté une lacune. « Les gens n’étudiaient pas pour apprendre. Ils voulaient juste réussir leurs examens », a déclaré Sodeeq.

À l’instar de SimbiBot, Edtech est confrontée au défi inédit de ne pas se contenter de rendre l’éducation plus accessible, mais de contribuer à remodeler les fondements de l’enseignement secondaire en Afrique.

L’année écoulée est une preuve supplémentaire que le gouvernement nigérian doit repenser le processus d’acquisition d’une éducation de qualité et son accessibilité. Bien qu’ils ne puissent pas à eux seuls réparer les dégâts causés par des décennies de mauvaises infrastructures et de budgets insuffisants dans le secteur de l’éducation, SimbiBot et uLesson ont contribué à faire avancer le débat sur la structure et le développement de l’éducation au Nigéria.