FR | EN

Français | English

vendredi, 21 juin, 2024

|

33.2 C
Bamako
37 C
Niamey
34.9 C
Ouagadougou

|

14:03

GMT

Assises au Burkina : les associations de veille citoyenne demandent une prolongation de la transition de 10 ans

Après l’ouverture des travaux, ce samedi matin, un « bras de fer » a opposé, à l’extérieur de la salle de conférence, les associations de veille citoyenne et le Groupement mobile de la gendarmerie de Ouagadougou. La cause de cette escalade ? Les « Wayiya », comme on les appelle, réclament une prolongation de la transition de dix ans sous la direction du capitaine Ibrahim Traoré.

La dernière barrière érigée par la gendarmerie se trouvait à plus d’une centaine de mètres de la salle de conférence où se tiennent les Assises nationales. À 13h10, un manifestant a lancé le mouvement, vite suivi par les autres, après avoir entendu dire, selon lui, que dans la salle, il était question d’une transition de seulement trois ans.

Présent dans la salle pour les travaux, Lassané Sawadogo, coordinateur du mouvement « La France doit partir », invite la population au calme. « Le président Ibrahim Traoré avait déclaré que dans dix ans, le Burkina allait être un Eldorado. Nous demandons donc qu’on accorde les dix ans pour qu’on puisse être l’Eldorado en question. Donc si des gens disent qu’ils ont validé trois ans, non ce n’est pas vrai » a-t-il déclaré.

Pour l’heure, les travaux sont toujours en cours et c’est la proposition de la Charte de la transition qui était de trois ans.