FR | EN

Français | English

vendredi, 20 mai, 2022

|

34.2 C
Bamako
34.2 C
Niamey
32.1 C
Ouagadougou

|

02:01

GMT

Col. Assimi Goïta: « Nous nous engageons à mettre en oeuvre l’ensemble des résolutions »

Comme prévu dans le programme de la phase finale de la concertation nationale sur la transition, les travaux ont été bouclés, ce samedi 12 septembre avec des conclusions qui fixent le contour de la transition et ses priorités allant d’une feuille de route jusqu’à une charte qui détermine l’architecture, les organes, la durée et le profil du président de la transition.

La période de transition proposée par les participants aux travaux est connue : « la durée de la transition est fixée à dix-huit mois à compter de la date d’investiture du président de transition » et le profil des « candidats aux postes de président et de vice-président de la transition doit être civil ou militaire » a déclaré Moussa Camara, rapporteur général de la concertation nationale. L’âge requis dans la synthèse des travaux pour ces postes susmentionnés est de 35 ans au moins et 70 ans au plus.

En plus du président de la transition et du vice-président, d’autres organes seront mis en place pour la conduite de la mission à savoir, un gouvernement restreint de 25 membres maximum, l’installation d’un conseil national de la transition qui se chargera de l’aspect législatif et composé de 121 membres de toutes les colorations politiques et sociales y compris le M5-RFP.

La feuille de route comporte six axes prioritaires considérés comme les premières urgences de la transition qui devra démarrer « le renforcement et le rétablissement de la Défense et de la sécurité sur toute l’étendue du territoire national, la promotion de la bonne gouvernance, la refondation d’un système éducatif, les réformes politiques et institutionnelles, l’adoption d’un pacte de stabilité sociale et l’organisation des élections générales », a indiqué le rapporteur du jour.

Dans son discours de clôture, le chef de la junte a réitéré la responsabilité de chacun dans l’application de ces mesures. « Il s’agissait particulièrement de discuter et de convenir du format de la transition, de la charte de la transition, de la feuille de route de la transition…Ce qui nous attend à présent est tout aussi ardu, c’est-à dire mettre en œuvre les résolutions de ces assises… »

En amont à la fin de ces rencontres, certains participants ont critiqué la charte proposée par le groupe d’experts de cette concertation qualifiée comme une « tentative de confiscation de la lutte du M5 », affirme Madame Sy Kadiatou Sow.

Sory Ibrahim Maïga