FR | EN

Français | English

vendredi, 03 décembre, 2021

|

29.2 C
Bamako
32.2 C
Niamey
32.1 C
Ouagadougou

|

19:39

GMT

Covid-19 : le personnel de santé nigérian frappé par l’épuisement professionnel

Par Kemi Falodun

Lorsque le premier cas de coronavirus a été confirmé au Nigéria, les professionnels de la santé se sont préparés à la tâche qui les attendait. Le docteur Tope Ademola* était l’un des 22 médecins qui se sont portés volontaires pour le premier centre d’isolement mis en place au stade d’Onikan. Le gouvernement de l’État de Lagos les a hébergés dans un hôtel et les a transportés vers et depuis le centre d’isolement.

Le docteur Ademola est médecin urgentiste au centre de santé d’Onikan, un petit hôpital du gouvernement de l’État de Lagos. À l’entrée de l’hôpital, je me suis lavé les mains et le garde de sécurité m’a laissé entrer dans la calme enceinte. Avec sa vague joyeuse, sa voix bavarde et un masque attaché sur le visage, il était difficile de sentir un soupçon de fatigue chez le médecin. Mais il était assez exténué, m’a-t-il dit, ayant travaillé toute la matinée et toute la journée précédente. Il fut un temps, cependant, où ni le masque ni son attitude joyeuse ne pouvaient dissimuler son épuisement.

« Au début, les conditions de travail étaient bonnes », a-t-il dit, se souvenant des premiers jours de la pandémie au Nigéria. Le gouvernement a dispersé les travailleurs de la santé en unités, puis, après un certain temps, quelqu’un de son groupe a contracté le virus.

Le travailleur de la santé a été isolé dans un endroit spécialement aménagé pour le personnel de l’État de Lagos travaillant au stade d’Onikan, et son absence a occasionné plus d’heures de travail pour les quatre autres personnes du groupe. « Au bout d’un certain temps, les ressources se sont raréfiées, nous avons rationné les EPI et les masques N95 », a expliqué le Dr Ademola. À la mi-juin, après avoir travaillé pendant plus de trois mois, il a senti son énergie s’épuiser et il a sombré dans la léthargie.

Le syndrome d’épuisement professionnel est un phénomène mondial. Il commence généralement par un stress chronique, caractérisé par une perte d’énergie et d’enthousiasme. Cette étude sur la prévalence, l’impact et les stratégies préventives du burnout montre que « la dépersonnalisation et le sentiment de faible accomplissement personnel qui conduit à une diminution de l’efficacité au travail » sont également parmi les signes qui indiquent qu’une personne est en train d’y sombrer. La santé mentale des médecins est une question de plus en plus préoccupante car elle contribue de manière significative à la qualité des soins qu’ils sont en mesure de fournir à leurs patients. Le document révèle également que « les médecins des spécialités en première ligne d’accès aux soins telles que la médecine familiale, la médecine interne générale et la médecine d’urgence semblent être les plus menacés ».

En raison de nombreux problèmes de santé au Nigéria, allant des restrictions budgétaires au manque d’infrastructures adéquates, en passant par la mauvaise gouvernance, beaucoup de nigérians travaillant dans le secteur de la santé ont été délocalisés aux États-Unis, au Royaume-Uni et au Canada. Selon l’Association médicale nigériane, sur les 75 000 médecins enregistrés dans le pays, environ 40 000 exercent en dehors du Nigéria.

« Le principal facteur qui contribue à l’épuisement professionnel est la pénurie de main-d’œuvre », explique l’infirmière Mabel Okeke*, qui travaille en chirurgie à l’hôpital général de Marina. Son service est grand et elle et ses collègues doivent se déplacer fréquemment. Elle m’a dit que si une collègue avec qui elle est censée travailler déclare être malade, la probabilité qu’il y ait un remplacement est très faible. « Dans ces cas-là, nous nous retrouvons à travailler seuls », dit-elle.

Un homme passe devant le centre d’isolement et de traitement de la Mobolaji Johnson Arena (ancien Onikan Stadium), érigé comme mesure supplémentaire pour faire face à l’épidémie de maladie à coronavirus (COVID-19), à Lagos, au Nigéria, le 27 mars 2020. REUTERS/Temilade Adelaja

Bien qu’elle ne s’occupe pas des patients atteints de Covid-19, elle a déclaré que la charge de travail avait augmenté depuis le début de la pandémie parce que certaines personnes de son établissement allaient faire du bénévolat au centre d’isolement. « Avec ou sans pandémie, l’épuisement professionnel est courant chez les travailleurs de la santé, en particulier ceux qui travaillent dans les hôpitaux fédéraux », a expliqué Mme Okeke.

L’épuisement se produit par étapes et se termine parfois par l’affaiblissement du corps. La première fois qu’Okeke a été brûlée, elle a dit qu’elle avait l’impression que sa tête n’était pas sur son corps. Elle avait travaillé plusieurs fois seule. Elle a commencé à se sentir étourdie.

Les gens lui parlaient, elle pouvait voir leur bouche bouger, mais elle pouvait à peine entendre ce qu’ils disaient. Elle était au chevet d’une patiente, en train de s’occuper d’elle, quand elle est tombée. La patiente a appelé à l’aide et elle a été emmenée aux urgences.

Le mois de décembre dernier a été extrêmement chargé pour de nombreux travailleurs de la santé, m’a dit le Dr Ademola. Certains médecins étaient absents pour diverses raisons, si bien que ceux qui étaient disponibles étaient à court de personnel, assumant davantage de responsabilités. « Vous ne vous rendez pas compte que vous êtes épuisé avant de l’être réellement », a-t-il dit, et il a fini par passer un mois à se rétablir.  « Vous n’êtes plus aussi motivé qu’avant. Vous êtes beaucoup plus irritable ». Il y a eu un moment où il a craqué sur un patient, et il savait que quelque chose n’allait pas.

À la lumière de la pandémie, la santé mentale des travailleurs de la santé a suscité une attention accrue dans les médias. Les Centres de contrôle et de prévention des maladies ont publié cet article sur la manière dont les professionnels de la santé peuvent faire face au stress et renforcer leur résilience. Peu de choses ont été faites, en particulier au Nigéria, pour améliorer leur situation de manière proactive. Une étude sur les professionnels de la santé pendant la pandémie de la Covid-19 publiée dans le Journal of Diabetes & Metabolic Disorders conclut que « les travailleurs de la santé sont confrontés à une pression psychologique aggravée et même à une maladie mentale ».

Les auteurs recommandent que les décideurs politiques et les gestionnaires « adoptent des interventions de soutien, d’encouragement et de motivation, de protection, de formation et d’éducation, notamment par le biais de plateformes d’information et de communication ».

Bien qu’il ait été démontré que l’épuisement professionnel est plus élevé chez les médecins, avec environ un médecin sur trois qui en souffre à un moment donné, le problème se pose également dans toutes sortes de professions. Amanda Iheme, psychothérapeute et fondatrice de NDỊDỊ, un cabinet privé, en atteste. Elle s’est souvent occupée de personnes en burnout dans différentes professions, « surtout ces derniers mois avec le confinement et la pandémie de Covid-19 ». En tant que professionnelle de la santé mentale elle-même, elle a également connu l’épuisement professionnel. « L’année dernière a été la pire de ces trois dernières années en raison de l’augmentation de la demande de soins de santé mentale », a-t-elle décla

« Une fois que vous êtes épuisé, vous avez besoin de faire une pause », a ajouté Mme Iheme. « Vous aurez l’impression qu’il y a tant à faire et vous ne pourrez pas faire de pause parce que tout s’effondrera, ce ne sera pas le cas. Un jour de congé pour vous concentrer sur vous-même et vous reposer l’esprit aidera le travail à être meilleur », a-t-elle déclaré. Okeke dit que son rétablissement l’a aidée à devenir une meilleure infirmière. Après l’épisode, elle a appris à se mettre à son rythme et à mieux se ressaisir. Depuis, elle n’a pas connu de problèmes graves.

« 2020 a été une année terrible pour mes relations personnelles », a admis le Dr Ademola. Il pouvait à peine garder le contact avec ses amis et sa famille. Pour l’aider, lui et ses collègues, à surmonter le stress, le gouvernement de l’État de Lagos a mis en place une intervention psychologique pour les professionnels de la santé. Ils ont organisé des séances de thérapie virtuelle et ont assuré le suivi des personnes.

Il n’existe pas de solutions faciles aux problèmes de santé au Nigéria, en particulier pour la santé mentale. Pour éviter l’épuisement professionnel, Iheme recommande de faire attention à son alimentation, à l’exercice et au sommeil. « Lorsque vous faites une pause, essayez de ne pas vous concentrer sur d’autres responsabilités comme la famille, voire les tâches ménagères si vous avez le luxe de le faire. Parfois, nous disons que nous faisons une pause mais nous finissons par faire du travail en dehors de notre travail professionnel », dit-elle.

Bien qu’il ne soit pas pressé de quitter le Nigéria, le Dr Ademola envisage de passer de la médecine clinique à la santé publique. « La médecine n’est pas le problème. J’aime la médecine. Mais la médecine clinique est stressante ». L’infirmière Okeke  est d’un autre avis, affirmant que la rémunération au Nigéria est insuffisante pour la quantité de travail qu’elle effectue. « Nous sommes mal payés. Le pays ne travaille pas. Aucun secteur n’est épargné, y compris le secteur de la santé. L’équipement de base n’est pas disponible et nous devons souvent improviser », dit-elle.

Elle prévoit de se délocaliser hors du Nigéria dans un avenir proche, et ne reproche pas aux autres de ressentir la même chose. « Je ne dissuaderai personne de le faire car j’ai l’intention de partir aussi ».

*Les noms avec astérisques ont été modifiés pour protéger l’identité de la personne citée.