FR | EN

Français | English

vendredi, 03 décembre, 2021

|

29.2 C
Bamako
32.2 C
Niamey
32.1 C
Ouagadougou

|

19:58

GMT

Des hommes armés enlèvent 317 élèves dans l’État de Zamfara au Nigéria

Par Dounard Bondo

Des hommes armés ont enlevé 317 écolières de l’école publique de filles de la ville de Jangebe, dans l’État de Zamfara, au nord du Nigeria, dans la nuit de jeudi à vendredi. Selon de multiples sources, les hommes armés sont arrivés à moto et à pied. Ils sont entrés dans l’école et ont ordonné aux élèves de sortir, les ont rassemblées et sont partis avec elles dans la nuit.

Les habitants de la ville ont déclaré avoir entendu des coups de feu tard dans la nuit de jeudi à vendredi matin, mais ce n’est qu’à l’aube de vendredi matin que les habitants ont confirmé l’enlèvement des étudiants. Les forces de sécurité ont été déployées dans la ville et les opérations de recherche et de sauvetage ont commencé.

Cet enlèvement en masse est le dernier en date d’une série d’enlèvements perpétrés par des groupes armés que le gouvernement appelle « bandits » dans le nord du Nigeria. Au début de ce mois, 42 personnes, dont 27 étudiants, ont été enlevées dans une école de l’État du Niger et n’ont toujours pas été libérées. En décembre 2020, 300 garçons ont été kidnappés dans l’école secondaire scientifique publique de l’État de Katsina. Les deux États ont des frontières avec l’État de Zamfara.

Le rapt d’élèves pourrait potentiellement entraîner une réduction des inscriptions scolaires dans une région déjà confrontée à un tel problème. Selon un rapport de l’UNICEF de 2018, 10 millions d’élèves ne sont pas scolarisés au Nigeria.

Seuls 67 % des enfants de 6 à 11 ans fréquentent régulièrement l’école primaire, bien que le gouvernement assure la gratuité de l’enseignement primaire. Le taux de participation à l’enseignement pré-primaire est de 60 %, avec un taux brut de fréquentation de 24 % dans le nord. Dans les États du nord comme celui de Borno, qui est en proie au groupe terroriste Boko Haram, 74,8 % des enfants âgés de 4 à 16 ans n’ont jamais été scolarisés.

Dans le but de libérer les otages des récents enlèvements, les gouvernements des États auraient versé d’énormes sommes en rançon. Au début de ce mois, le groupe de Zamfara du parlement national a également appelé à l’amnistie des bandits repentis. Selon les critiques, ces mesures ont encouragé les enlèvements et l’insécurité.

Selon le Dr Olamide Samuel, spécialiste du contrôle des armes et maître de conférences à l’Université SOAS de Londres, la prévalence des armes à feu non enregistrées et non comptabilisées et la dépendance excessive à l’égard des forces armées nigérianes pour répondre aux groupes non étatiques sont les principaux moteurs de l’insécurité dans le nord du Nigeria.

« Il y a des indications que le gouvernement a cédé aux demandes de rançon des groupes non étatiques (en particulier ceux qui sont principalement impliqués dans des enlèvements). Et il est très probable que cela facilite l’émergence d’une économie de conflit, où les groupes criminels deviennent plus audacieux et mieux financés », a-t-il expliqué.

Plusieurs régions du nord du Nigéria ont été en proie au terrorisme et aux groupes armés pendant une grande partie de la dernière décennie. De nombreux électeurs espéraient que la violence diminuerait considérablement avec l’élection de l’actuel président Muhammadu Buhari, un ancien président militaire qui a fait de la sécurité une partie importante de sa plate-forme. Cependant, malgré l’augmentation du budget de la sécurité nationale, le terrorisme et l’insurrection armée se sont poursuivis sans relâche.

En réponse au récent kidnapping, le président Buhari a déclaré sur Twitter que l’objectif premier du gouvernement est de récupérer tous les otages vivants et indemnes. Il a également déclaré que si le gouvernement a la capacité de déployer une force massive si les groupes armés opèrent, la crainte que les villageois et les otages puissent être utilisés comme bouclier humain empêche toute action de ce type.

M. Buhari a également appelé les États à reconsidérer les politiques de versement de rançons en espèces et de véhicules aux bandits, car cela pourrait se retourner contre eux, déclarant que « le gouvernement ne succomberait pas au chantage des bandits et des criminels qui prennent pour cible des élèves innocents dans l’espoir de recevoir des rançons énormes ».

La fréquence des enlèvements a désensibilisé une partie de la population à cette pratique. L’enlèvement en 2014 de 247 écolières dans la communauté Chibok de Borno par le groupe terroriste Boko Haram a suscité l’indignation nationale et internationale, de nombreuses manifestations et une campagne numérique avec le hashtag #BringBackOurGirls. Cependant, comme de nouveaux enlèvements ont eu lieu à plusieurs reprises, les protestations contre ces derniers ont considérablement diminué.

Pour les habitants de la ville de Jangebe, les enlèvements ont apporté un mélange toxique de tristesse, de colère et d’espoir que leurs filles et sœurs soient bientôt libérées. En colère et frustration face à la situation, les villageois ont attaqué un véhicule transportant des journalistes qui sont venus faire un reportage sur le récent kidnapping, selon les journalistes. Pour de nombreuses personnes à Jangebe, au Nigeria et dans le monde entier, les gens ne peuvent qu’espérer que les filles seront rendues saines et sauves.