FR | EN

Français | English

jeudi, 04 mars, 2021

|

30 C
Bamako
28 C
Niamey
27 C
Ouagadougou

|

02:16

GMT

Dix mois de grève dans les universités du Nigeria obligent les étudiants à se débrouiller

Par Pelumi Salako

Lorsque l’Union du personnel académique des universités du Nigeria – l’organisme qui chapeaute les professeurs nigérians, a déclenché une grève de deux semaines, Maryam Mumuni, étudiante de quatrième année du prestigieux programme de la faculté de droit de l’Université de Lagos, a poussé un soupir de soulagement.

« Lorsque la grève a commencé, c’était pour deux semaines. J’étais heureuse parce que j’ai enfin pu rattraper mon retard en matière de lecture », a déclaré Mumuni. Mais quand la pandémie a frappé, deux semaines sont soudainement devenues cinq. « Nous devions quitter l’école pour trois semaines de plus à cause de la pandémie, et j’étais tout simplement confuse », a-t-elle déclaré.

Mumuni et ses camarades ne pouvaient pas le savoir à l’époque, mais ce fut le début d’une longue impasse entre le gouvernement et l’ASUU. Le 23 mars 2020, après avoir vu sa grève de deux semaines ne susciter aucune réaction la part du gouvernement, l’ASUU a déclaré une action à plein régime et indéfinie. Depuis neuf mois, les étudiants nigérians scolarisés dans les universités publiques sont chez eux, et Mumuni travaille maintenant comme maquilleuse.

Les grèves ne sont pas nouvelles pour les étudiants nigérians et sont devenues un rituel annuel dans la vie universitaire du pays. Les enseignants doivent recourir à l’action syndicale pour exiger de meilleures conditions de travail, un financement accru des écoles et d’autres revendications. Cette fois-ci, ils demandent également que le système intégré de gestion des salaires et du personnel (IPPIS) ne soit pas utilisé pour le paiement de leurs salaires.

L’IPPIS est un système mis en place par le gouvernement fédéral du Nigeria, apparemment pour lutter contre la corruption dans la fonction publique fédérale. Il retire l’autonomie du versement des salaires aux administrateurs des universités. Dans le cadre du système IPPIS, les prêts et autres crédits sont déduits avant que les salaires n’arrivent sur les comptes des travailleurs.

Selon le président de l’ASUU, le professeur Abiodun Ogunyemi, le système « ne tient pas compte de la rémunération du personnel en congé sabbatique, des examinateurs externes, des évaluateurs externes et des indemnités académiques gagnées. Il ne prend pas en compte les mouvements de personnel comme dans le cas des visites, des visites d’appoint, des séjours à temps partiel et des services de conseil, que les universitaires offrent dans toutes les universités du Nigeria ».

Le 24 décembre 2020, l’ASUU a annoncé la suspension de sa grève nationale avec la promesse que ses membres ne commenceraient le travail qu’après que le gouvernement ait tenu ses promesses. Maryam Mumuni ne sait pas quand elle doit reprendre l’école, et même si elle assistera aux cours, elle dit qu’elle est « effrayée » par cette perspective. « Je ne sais pas comment retourner à cette vie », a-t-elle dit.

PUn étudiant se détend sur le balcon de son appartement hors du campus après une longue journée de cours, le 11 mai 2020. Photo : Rachel Seidu

Exilés de l’école et incapables de poursuivre leur parcours académique, de nombreux étudiants se sont tournés vers l’entreprenariat. Amidat, étudiante en sociologie à l’université d’Ibadan, a déclaré : « la grève m’a vraiment affectée parce que mon père est professeur et qu’ils n’ont pas été payés depuis, ce qui nous a affectés financièrement. Elle a également chamboulé le calendrier universitaire ».

Pendant la grève, « j’ai commencé à apprendre la création de mode parce que j’en suis passionnée », a-t-elle expliqué. « J’ai aussi commencé à vendre des tissus pour hommes parce que je voulais juste quelque chose qui me rapporte de l’argent. J’ai donc rencontré mon oncle qui fournit ces tissus sur un marché d’Ibadan. C’est très bien jusqu’à présent, même s’il y a eu quelques revers avec les clients, mais honnêtement, je ne m’attendais pas à un tel succès ».

David, un autre étudiant de l’université d’Ibadan, a perdu une bourse d’études lorsque la grève a commencé. Il était contrarié au début mais a lancé plusieurs entreprises par la suite. « Je me suis lancé dans le cinéma et j’ai développé mon activité d’écriture de contenu. Tous deux ont été motivés par le besoin de gagner de l’argent », a t-il déclaré. 

Joshua, avant-dernier étudiant du département d’histoire et d’études internationales de l’université d’Ilorin, ne pensait pas que la grève était sérieuse lorsqu’elle a commencé. Il a essayé de suivre son travail scolaire selon son propre horaire. « Au début, je me suis inscrit et j’ai suivi deux cours en ligne en droit international et en common law anglaise et j’ai commencé à préparer mon projet de fin d’études. J’ai également préparé les candidats à l’admission aux examens », a-t-il déclaré.

Au fur et à mesure que la grève se prolongeait et que la pression financière augmentait, il a été contraint de changer de programme. « J’ai commencé à apprendre la cordonnerie. Ce n’était pas facile au début, mais maintenant je fabrique mes propres chaussures et je gagne de l’argent en les vendant », dit-il.

La grève laissera une empreinte permanente sur la psychologie des étudiants, selon le consultant nigérian en éducation Faisal Ladele. « L’implication de la grève sur ces étudiants est que leur diplôme sera prolongé. Ces étudiants devraient commencer une vraie vie, trouver un emploi, et peut-être se marier. Cela laisse une marque de frustration sur eux », a déclaré M. Ladele.

« Quand ils reprennent finalement après la longue interruption, ils luttent pour s’intégrer dans le système. Par conséquent, leurs performances chutent lorsque vous comparez leurs résultats à ceux d’avant la grève. C’est quelque chose que les grèves passées de l’ASUU ont prouvé », a-t-il ajouté.

Les effets prolongés de la grève nuisent aux étudiants, à l’économie, au système éducatif et au pays dans son ensemble. « L’impact majeur que cette grève aura sur le système éducatif nigérian est que nous allons connaître la méfiance, ce qui va informer encore plus d’afflux vers l’Amérique et l’Europe », a-t-il déclaré.

Le processus de négociation est maintenant au point mort ; les deux parties se renvoient la responsabilité de l’impasse dans laquelle elles se trouvent depuis neuf mois. Un assistant à la présidence qui a demandé à ne pas être nommé a déclaré à Sahelien.com que, ayant vécu les grèves de première main pendant ses études universitaires, il sait que les conséquences sur les étudiants sont désastreuses. « Je ne peux pas vous dire que c’est une bonne chose, de devoir attendre une année supplémentaire à l’école non pas parce que vous avez échoué mais parce que le système ne fonctionne pas. Nous ne pouvons pas rejeter toute la faute sur le gouvernement. L’intransigeance de l’ASUU a contribué à l’allonger autant. C’est à la vue de tous », a-t-il souligné.

Le professeur Saliu Ajao, président de la branche de l’ASUU de l’université d’Ilorin, a contré les affirmations du gouvernement. « Est-ce l’ASUU qui a cessé de payer les salaires ? Est-ce l’ASUU qui a fermé le pays ? Nous avons eu une grève d’avertissement de deux semaines en mars et si le gouvernement avait fait quelque chose, nous n’aurions pas eu à faire la grève », a-t-il déclaré. « Les gens ne devraient pas oublier rapidement que la plupart des choses essentielles que nous avons dans notre système universitaire aujourd’hui sont nées de la lutte de l’ASUU »

Lorsqu’on lui a demandé son avis sur les étudiants, devenus des dommages collatéraux dans le feu croisé des deux parties, le professeur Ajao a répondu : « c’est malheureux mais c’est l’une des conséquences. Le gouvernement n’écoute pas tant que nous ne manifestons pas ».