FR | EN

Français | English

vendredi, 03 décembre, 2021

|

29.2 C
Bamako
32.2 C
Niamey
32.1 C
Ouagadougou

|

20:02

GMT

#EndSARS est un moment rare de solidarité de classe au Nigéria

Par Saratu Abiola

Le mouvement de protestation désormais connu sous le nom de #EndSARS a débuté lorsque la tristement célèbre Unité Spéciale Anti-Braquage (SARS) de la police nigériane a abattu un homme et volé sa voiture à Ughelli, dans l’État du Delta, le 7 octobre. Les images de son assassinat ont donné lieu à deux semaines d’intenses manifestations contre la brutalité policière dans tout le pays et dans les communautés nigérianes du monde entier.

#EndSARS n’était ni la première fois que de jeunes Nigérians utilisaient les médias sociaux pour se mobiliser pour des manifestations, ni les premières protestations contre la brutalité policière ; mais c’était néanmoins un moment qui a rassemblé les gens d’une manière jamais vue auparavant. Une confluence d’événements à l’intérieur et à l’extérieur du Nigeria a créé les conditions propices à un rare moment de solidarité de classe, où les Nigérians les plus privilégiés ont pu utiliser leur accès hors ligne et leurs plateformes en ligne pour faire pression en faveur de la justice et soutenir la durabilité de ces manifestations.

L’Union du personnel académique des universités (ASUU) s’est mis en grève en mars 2020, obligeant de nombreux jeunes du pays à rester chez eux, sans être distraits par les cours et les travaux scolaires. La pandémie COVID-19 a mis un terme à pratiquement tous les voyages non essentiels, de sorte que les jeunes privilégiés ont été bloqués dans le pays. Incapables de voyager à l’étranger, ils mettaient leurs ressources considérables au service d’un effort national. La pandémie a également aggravé des perspectives économiques déjà sombres, portant un coup aux revenus de nombreuses personnes, entraînant une augmentation du chômage, et contribuant à une hausse du coût des denrées alimentaires.

La Coalition féministe, un groupe de jeunes femmes entrepreneurs dont la plupart travaillent dans le journalisme et l’entrepreneuriat technologique, a utilisé sa présence dans les réseaux sociaux pour collecter et mobiliser des fonds. Ces fonds ont contribué à alimenter les manifestations pendant près de deux semaines, allant de l’embauche d’une sécurité privée. Adetola Onayemi et Modupe Odele, tous deux avocats ayant des liens internationaux, ont utilisé leur accès et leurs réseaux pour créer une infrastructure d’aide juridique de 800 personnes qui a permis de s’assurer que les personnes arrêtées pendant la manifestation ne croupissent pas indéfiniment en prison.

Grâce à leurs efforts collectifs de collecte de fonds, la Coalition féministe a récolté 148 millions de nairas à partir de dons faits au niveau local et international. Le gouvernement était tellement inquiet de leur capacité à collecter des fonds qu’ils ont bloqué tous les moyens par lesquels ils pouvaient recevoir de l’argent et ont fermé leur site web ainsi que les comptes bancaires de ceux qui recevaient de l’argent de leur part pour organiser des manifestations dans différents États. Quoique le gouvernement avait nié l’existence d’une liste d’interdiction de vol, le passeport de la célèbre organisatrice Moe Odele a été saisi alors qu’elle tentait de voyager. Feyikemi Abudu, membre de la coalition féministe, a travaillé toujours pendant des semaines avec Onayemi et Odele pour libérer les manifestants détenus illégalement par la police.

La plupart des Nigérians (en particulier dans les États du sud), quel que soit leur niveau de revenu, ont été victimes de brutalités policières ou connaissent quelqu’un qui en a été victime. On ne sait pas exactement combien de personnes ont été tuées par la police, mais des rapports récents ont établi à plus de 30 000 le nombre d’exécutions extrajudiciaires enregistrées depuis 2004 par le SARS. Il est difficile de connaître le chiffre exact car il y a des milliers d’autres personnes détenues illégalement qui n’ont pas été documentées. Les rapports d’Amnesty International en 2009 et du Human Rights Watch en 2005 détaillent comment de jeunes Nigérians ordinaires ont été victimes de torture, de violence et d’extorsion aux mains de cette unité.s

#EndSARS a connu une tendance intermittente sur les résaux sociaux depuis décembre 2017, et a conduit à des manifestations à Lagos chaque année depuis. Le gouvernement nigérian a annoncé qu’il supprimerait le SARS en 2017, 2018 et 2019, d’où le scepticisme des manifestants lorsque l’inspecteur général de la police a déclaré que l’unité avait été supprimée au cours de la première semaine des manifestations. Les jeunes Nigérians voulaient des actions plus concrètes, comme l’arrestation des agents de police fautifs et la révision des salaires des policiers afin de réduire leur tendance à l’extorsion et au kidnapping comme source de revenus.

Un manifestant #EndSARS brande un drapeau de fortune à Surulere, Lagos, le 12 octobre 2020. Photo par Fawaz Oyedeji

Les jeunes Nigérians ont tiré les leçons des expériences précédentes d’utilisation des résaux sociaux comme espace d’activisme. L’organisation en ligne a joué un rôle crucial dans l’organisation de manifestations comme la Marche des marchés contre le harcèlement des marchés nigérians dans tout le pays, et les protestations contre les raids de police visant les jeunes femmes à Abuja en 2019. Les jeunes femmes ont également mené des efforts pour collecter des fonds afin d’apporter un soutien juridique et autre aux victimes de violences sexuelles et ont sensibilisé l’opinion à la montée marquée de la violence sexiste au plus fort du verrouillage de COVID-19.

Si les questions des droits des femmes ont été des points clés de mobilisation hors ligne ces cinq dernières années, ce n’est pas un hasard. Les réseaux sociaux nigérians regorgent de conversations sur les droits et les rôles des femmes, et les jeunes femmes féministes ont pu trouver plus facilement des personnes partageant les mêmes idées. Wine and Whine, par exemple, est une communauté de jeunes femmes qui se rencontrent de manière informelle, et a été rendue possible par ce type de connexions.

Au fil des ans, des initiatives de ce type ont servi de tremplin pour obtenir des fonds et sensibiliser le public à des initiatives plus modestes, comme le paiement des frais de justice et d’autres types de soutien aux personnes ayant subi des violences sexuelles. Le travail effectué par la Coalition féministe et EndSarsResponse s’est appuyé sur les succès de ces expériences passées.

Bien que les jeunes femmes aient été au centre de l’organisation de #EndSARS, le manque de soutien national pour les campagnes précédentes autour des droits des femmes révèle que ces questions ne font pas l’objet du type d’accord général nécessaire pour engendrer les changements nécessaires. Le Nigeria est encore un pays profondément religieux, avec des notions largement misogynes sur les rôles des sexes et la respectabilité.

Trop souvent, les femmes se trouvent seules dans la lutte pour l’égalité des droits. Les histoires de violence sexuelle et la simple exigence de ne pas être harcelées sur les marchés se heurtent souvent à la question : « Que portait-elle ? » Les femmes ne peuvent même pas être assurées d’une audience amicale dans la revendication de ces droits dans une salle pleine de femmes, car les notions de respectabilité et de rôles « traditionnels » transcendent les genres.

Des mouvements aussi puissants que #EndSARS ne sont possibles qu’avec un large consensus, du genre qu’il est difficile de trouver dans un pays aussi diversifié sur le plan ethno-religieux que le Nigeria, avec une population souvent sceptique à l’égard de tout ce qui ressemble à un plaidoyer politique. Le type d’accord collectif visant à rendre un mouvement puissant nécessitait une question sur laquelle tout le monde pouvait s’entendre. Il devait s’agir d’une revendication suffisamment petite pour faire naître l’espoir qu’elle soit réellement réalisée. Appeler à la fin du SARS – pas tout le système policier, juste la brutalité de l’unité en question – était la demande parfaite.

La solidarité de classe manifestée dans le mouvement #EndSARS a démontré une foi rare des Nigérians en eux-mêmes et au pays. Cette foi va à l’envers de la manière dont le gouvernement nigérian voit son peuple, souvent comme une masse à contourner ou à soumettre. En effet, la première vague de ces manifestations s’est terminée par un passage à tabac, au cours duquel l’armée nigériane a tiré sur les manifestants à Lagos et le président Buhari a lancé un avertissement sévère contre de futures protestations.

Pourtant, l’impact de ces manifestations s’est fait ressentir la semaine suivante : le gouvernement britannique envisagerait des sanctions contre les responsables du gouvernement nigérian, et des commissions d’enquête judiciaires ont été mises en place dans tout le pays.

Historiquement, le gouvernement nigérian a utilisé le patronage pour se sevrer de son besoin d’approbation populaire massive. Le truquage des élections, la corruption des pauvres du pays pour leurs votes le jour du scrutin, la crainte de la violence politique et l’intimidation sont de facteurs qui freinent l’enthousiasme et la confiance dans le processus démocratique des 84 millions d’électeurs. Le taux de participation électorale du pays, qui n’a cessé de diminuer, passant de 54 % en 2011 à 35 % en 2019, en est la preuve. Les gens peuvent encore voter pour leur candidat et certains hommes politiques peuvent encore atteindre la popularité dans certains milieux, mais on ne croit guère à la volonté du gouvernement de rendre la vie meilleure.

Le fossé entre le gouvernement et la population se manifeste également dans la manière dont notre économie est structurée. Le pays dépend du pétrole – un secteur qui ne représente que 65 000 emplois directs et 250 000 emplois indirects selon l’Organisation internationale du travail – pour une grande partie de ses recettes en devises et la moitié des recettes globales du gouvernement. Même si la production pétrolière est passée sous la barre des 1,6 million de barils, c’est toujours le cas. Le taux de chômage, qui a atteint son point le plus bas en 2016, a été inférieur à celui de 2016, année où le pays a été en récession pendant plus d’un an.

Lorsque le secteur le plus rentable n’a pas besoin d’investir massivement dans le capital humain et que la classe politique s’est effectivement désengagée de la volonté populaire, il n’y a pas grand-chose à faire pression sur le gouvernement pour qu’il agisse en fonction de ce que veulent les masses. Le gouvernement n’est pas fait pour se plier à la volonté populaire. Seulement six pour cent du PIB du pays proviennent des impôts, et seulement 20 millions de Nigérians ont payé des impôts sur le revenu en 2019. Pour situer le contexte, le Nigeria a une population active de 80 millions de personnes, dont 55,7 pour cent sont au chômage ou sous-employés.

#EndSARS a brisé le cycle de la méfiance et a montré qu’il y avait peut-être encore de l’espoir pour sauver la foi des Nigérians les uns dans les autres. Les Nigérians privilégiés ont utilisé leur voix pour faire honte aux fonctionnaires du gouvernement et les pousser à agir là où ils ne l’auraient pas fait autrement. La solidarité de classe qui s’est manifestée lors de #EndSARS a montré la force de l’idée d’un pays partagé et, ce faisant, a contribué à ouvrir un nouveau front à partir duquel il est possible d’exercer des pressions et de demander des comptes au gouvernement.