FR | EN

Français | English

vendredi, 03 décembre, 2021

|

29.2 C
Bamako
32.2 C
Niamey
32.1 C
Ouagadougou

|

19:05

GMT

Facebook dévoile une campagne de désinformation de l’armée française visant le Mali

Facebook a annoncé mardi qu’il avait démantelé une campagne de désinformation militaire française visant le Mali, la République centrafricaine et d’autres pays, ainsi qu’une campagne de désinformation russe visant la République centrafricaine, la Libye et d’autres pays.

« Nous avons supprimé 84 comptes Facebook, 6 pages, 9 groupes et 14 comptes Instagram pour avoir violé notre politique contre les comportements inauthentiques coordonnés », indique le communiqué de presse. « Cette activité a été lancée en France et visait principalement la République centrafricaine et le Mali, et dans une moindre mesure le Niger, le Burkina Faso, l’Algérie, la Côte d’Ivoire et le Tchad ».

Les postes ont loué les actions des militaires français, des militaires maliens et de la mission de l’ONU au Mali, tout en critiquant les groupes djihadistes que les militaires français combattent, ainsi que la Russie. Un porte-parole de Facebook a déclaré que « bien que les personnes derrière ce site aient tenté de dissimuler leur identité et leur coordination, notre enquête a trouvé des liens avec des individus associés à l’armée française ».

Dans une déclaration à Sahelien.com, un porte-parole du ministère français de la défense n’a pas nié les allégations de Facebook. « Nous ne sommes pas étonnés par les conclusions de l’étude publiée par Graphika, que nous étudions, sans être à ce stade en mesure d’attribuer d’éventuelles responsabilités. En effet, la multiplicité des acteurs de cette lutte informationnelle, étatiques ou non, rend difficile une telle désignation », a déclaré par courriel un porte-parole du ministère français de la défense.

Exemple d’une publication militaire française inauthentique sur Facebook ciblant le Mali. Source : Stanford University

Le porte-parole français a déclaré que cette campagne s’inscrivait dans le contexte d’autres campagnes de désinformation, sans les nommer. « Depuis de longs mois, nous constatons la montée en puissance d’actions de désinformation à des fins de déstabilisation du pays, actions que nous condamnons », a déclaré le porte-parole.

La France compte quelque 4 700 soldats dans la région du Sahel sous le commandement de l’opération Barkhane, dont la majorité est stationnée au Mali. Des troupes françaises supplémentaires sont impliquées dans la MINUSMA, la mission des Nations Unies au Mali, et la mission de formation de l’UE pour les militaires maliens.

Selon une étude menée par l’université de Stanford, les personnes liées à l’armée française ont prétendu être des comptes locaux maliens et ont commencé à publier des messages non authentiques dans des groupes Facebook à partir de mai 2018. « Les actifs situés au Mali, au Burkina Faso, au Niger et au Tchad ont simultanément diffusé des contenus pro-France dans des groupes locaux. Les posts ont souvent célébré les Français et l’opération Barkhane menée par les Français pour leurs efforts visant à faire du Sahel une région « libre de terrorisme » et un « endroit meilleur », les présentant comme des héros et des sauveurs des Sahéliens », indique le rapport.

« La stratégie du réseau pour défendre la France a été variée, certains récits accusant parfois d’autres de répandre la désinformation sur la France, ou en arguant que des traités de défense avec la France n’empêcherait pas le Mali d’émerger comme un pays post-colonial fort et indépendant », poursuit le rapport.

Exemple d’une publication militaire française inauthentique sur Facebook ciblant le Mali. Source : Stanford University

La nouvelle d’une campagne de désinformation militaire française a fait moins de bruit dans les médias que lorsque Facebook a révélé une campagne similaire menée par la Russie l’année dernière.

En octobre 2019, par exemple, le New York Times a publié une enquête intitulée « La Russie teste de nouvelles tactiques de désinformation en Afrique pour étendre son influence ». L’article disait que la campagne de « l’évolution de ses techniques de manipulation », que « Facebook fait face à un adversaire difficile en Russie », et que « les nouvelles tactiques de la Russie ont révélé les « sales tours et les opérations secrètes qui sous-tendent l’action de sensibilisation des Russes en Afrique ».

Le New York Times n’a pas publié d’article sur la campagne militaire française au Mali. Interrogée sur cette disparité de couverture, la porte-parole du Times, Danielle Rhoades Ha, a déclaré à Sahelien.com « qu’en règle générale, nous ne discutons pas de ce qui peut ou ne peut pas être publié dans les prochaines éditions ».