FR | EN

Français | English

jeudi, 15 avril, 2021

|

32 C
Bamako
36 C
Niamey
34 C
Ouagadougou

|

11:56

GMT

Fonds de riposte Covid-19 en Côte d’Ivoire : les startups restent dans l’abandon

Après l’apparition de la pandémie à Covid-19 en Côte d’Ivoire en mai 2020, les autorités ivoiriennes ont mis en place un fond de soutien pour aider les secteurs économiques en difficultés. Parmi elles, il y’a les Petites et moyennes entreprises (PME) et le secteur informel qui ont été doté d’un fonds spécial pour afin d’aider les ces entreprises.

Malheureusement, certaines startups ivoiriennes disent ne pas avoir bénéficié de soutien durant cette période de crise sanitaire pour des raisons multiples, malgré un bilan jugé satisfaisant selon le gouvernement.

Selon le directeur général de l’Agence Côte d’Ivoire PME, pour être éligible au fonds créé pour soutenir les entreprises impactées par la COVID-19, il faut être une entreprise dont le chiffre d’affaires n’atteint pas un milliard de FCFA, être en activité effective et continue sur les deux années fiscales 2018 et 2019 au moins et être à jour de ses déclarations fiscales et sociales au 31 décembre 2019. Les activités de l’entreprise doivent avoir été impactées négativement par la pandémie, et les responsables doivent également fournir une note sur le plan de continuité des activités.

Les entreprises ayant un chiffre d’affaires inférieur à 30 millions de FCFA, peuvent bénéficier d’une subvention maximum de 500 000 FCFA. Celles qui ont un chiffre d’affaires compris entre 30 millions et 150 millions de FCFA peuvent bénéficier d’un prêt à taux zéro. Et les entreprises avec un chiffre d’affaires compris entre 150 millions et 1 milliard de FCFA recevront un financement avec un taux d’intérêt de 2,5%.

Les startups ivoiriennes, à l’instar des entreprises du secteur informel, n’ont pas bénéficié suffisamment de cette aide du gouvernement à cause de conditions administratives précitées par l’Etat qu’ils trouvent rigides et opaques.

C’est ce qu’explique Emmanuel, responsable de Kasha Communication, une startup intervenant dans le domaine de la communication digitale : « Nous n’avons pas été pris en compte par ces fonds. Nous avons postulé et nous n’avons pas été retenus parce que les pièces administratives à fournir étaient trop élevées. Pourtant nous ne sommes qu’une jeune entreprise à la recherche d’un business plan », a-t-il déploré.

Une contrainte administrative que Jean-Noël, responsable de Strat-Technologie, une startup qui innove dans le développement d’applications mobile trouve injuste : « J’ai été choqué de la procédure d’acquisition de ces fonds de soutien. Les choix étaient exclusifs et si vous n’avez pas de connaissance pour vous guider ou pour soutenir votre dossier, il ne sera pas pris en compte. Les corrupteurs sont privilégiés et nous en avons été victimes de cette discrimination par manque de moyen », a-t-il dénoncé. Indexé, les autorités ont refusé de répondre à notre demande d’entretien.

Pourtant, le porte-parole du gouvernement, Sidi Tiémoko Touré a assuré de la bonne gestion de ces fonds de soutien, expliquant que tous les secteurs impactés par la Covid-19 ont bénéficié de soutien. Dans une annonce faite par M. Touré à l’issue du conseil des ministres le mercredi 18 octobre 2020, le gouvernement ivoirien a revu à la baisse les budgets alloués aux différents secteurs impactés par la Covid-19 à la suite d’un bilan partiel. Un fonds qui enregistre un bilan jugé satisfaisant par les autorités ivoiriennes.

Notamment au niveau du Fonds dappui aux acteurs dusecteur informel (FASI), ce sont 48.152 acteurs issus des secteurs de l’artisanat (13,7 %), du commerce (58,2 %) de la restauration (15,7 %), du transport (4,1 %), de la culture, des loisirs (3,6%) et des services (4,4 %), qui ont bénéficié de l’appui du gouvernement pour un montant total de 10,7 milliards de FCFA. 55 grandes entreprises ont aussi bénéficié d’un prêt direct dans le cadre du Fonds de soutien aux grandes entreprises, pour un montant global de 14,39 milliards de FCFA, soit 75,7 % des ressources disponibles.

La grande satisfaction, selon le gouvernement, reste le Fonds spécial de solidarité (FSS), car selon les chiffres, il y a eu un transfert monétaire au profit de 143 424 ménages vulnérables dont 124 285 bénéficiaires issus du grand Abidjan et 19 139 de l’intérieur du pays.

Les soutiens ont été également apportés à 20 706 travailleurs du secteur privé licenciés ou mis au chômage, soit un taux de 76,58 %. Tous ces chiffres démontrent ainsi les actions menées par le gouvernement ivoirien pour faire face à la situation socio-économique occasionné par la Covid-19. Le plan de riposte à la Covid-19 se poursuit malgré le déficit budgétaire qui oblige l’Etat à réduire les budgets alloués aux différents fonds de soutien. 

Pour soutenir la stratégie de riposte contre la Covid-19 et relancer le secteur privé, la Banque mondiale a approuvé ce mercredi 17 février 2021, 163,5 milliards FCFA de l’Association internationale de développement (IDA) en faveur de la Côte d’Ivoire.

Ahmed Coulibaly