FR | EN

Français | English

vendredi, 03 décembre, 2021

|

29.2 C
Bamako
32.2 C
Niamey
32.1 C
Ouagadougou

|

20:07

GMT

Guinée : les hôpitaux sont remplis après un pic de Covid-19

Par Youssouf Bah

CONAKRY- En Guinée, un pic de cas de Covid-19 a saturé les centres de traitement épidémiologique du pays. Faute de place dans les hôpitaux, les malades du Covid-19 sont contraints de s’isoler chez eux, sur recommandation de l’Agence nationale de santé et de sécurité (ANSS).

Dans la capitale Conakry, il existe quatre centres de traitement épidémiologique opérationnels : Nongo, Gbessia, Camp Alpha Yaya, et Kenien, qui sont tous saturés. L’hôpital Donka est fermé.

Comme beaucoup de malades ne savent pas quoi faire, certains craignent le pire. « Ma sœur est allée à l’hôpital Flamboyant de Petit Simbaya pour le test Covid mercredi. Aujourd’hui, nous sommes allés prendre les résultats, elle est positive. Les médecins nous ont dit d’aller au centre de traitement épidémiologique de Nongo. Quand nous y sommes arrivés, on nous a dit qu’il n’y avait pas de place. Ils nous ont recommandé d’aller au centre de Gbessia. Là aussi, il n’y a pas de place », a déclaré le frère d’un patient atteint de la maladie Covid-19 qui a demandé à rester anonyme.

Il poursuit : « De là, nous sommes allés au camp Alpha Yaya Diallo, ils nous ont fait comprendre qu’ils ne prennent les malades que sur recommandation. J’ai appelé le 115, ils ont dit qu’ils me rappelleront, ça fait presque une heure que j’attends, ils ne m’ont pas rappelé. Je suis avec ma sœur dans la voiture et je ne sais pas quoi faire. J’ai fait le test samedi dernier, je suis négative. J’ai peur de rentrer à la maison avec elle car elle a 3 filles qui sont toutes étudiantes. Nous ne savons pas si elles sont positives ou non. Vraiment, je ne sais pas quoi faire », ont-ils déclaré.

Joint par téléphone, explique Sory Keira, le responsable de la communication de l’ANSS a confirmé que les centres de traitement étaient complets. « C’est vrai que les centres de Nongo, Gbessia sont pleins parce qu’il y a plus de malades qui entrent que de personnes guéries qui sortent. Même hier, nous avons eu 3 cas similaires, il n’y avait pas de place. L’ANSS a pris leurs contacts et leur a demandé de rentrer chez eux en attendant d’avoir une place libre », a dit Keira, qui ajoute qu’un nouveau centre est en construction à Sonfonia et qui pourrait être opérationnel d’ici la semaine prochaine.