FR | EN

Français | English

jeudi, 15 avril, 2021

|

32 C
Bamako
36 C
Niamey
34 C
Ouagadougou

|

10:38

GMT

La citoyenneté au pays des esclaves libérés

La citoyenneté au pays des esclaves libérés

Par Dounard Bondo

Le Libéria a organisé un référendum constitutionnel sur l’abrogation de l’interdiction de la double nationalité le 8 décembre 2020. Si elle est adoptée, la réforme de la double nationalité pourrait remettre en question une autre loi très débattue qui restreint la citoyenneté libérienne aux personnes noires.

Lorsque les esclaves libérés d’Amérique et des Caraïbes ont été rapatriés en Afrique de l’Ouest avec l’aide des sociétés de colonisation dans les années 1840, ils ont formé le pays Liberia avec les indigènes qu’ils ont rencontrés sur le terrain, qui constituaient la majorité de la population. Cependant, la citoyenneté libérienne était restrictive car elle n’autorisait la citoyenneté que pour les Noirs, ou les personnes d’origine noire. Le pays a également interdit la double nationalité pour les adultes.

La constitution libérienne stipule que « Afin de préserver, de favoriser et de maintenir la culture, les valeurs et le caractère positifs du Libéria, seules les personnes de race noire ou d’origine noire peuvent prétendre, par naissance ou par naturalisation, à la citoyenneté libérienne. »

Dans l’application de la loi, il n’y a pas de méthode obligatoire pour déterminer ou tracer sa « descendance noire ». Par conséquent, elle est généralement déterminée par des attributs physiques, et les personnes qui ne possèdent pas d’attributs évidents doivent fournir des preuves documentaires ou trouver un autre moyen de prouver à quel point elles sont noires.

Concrètement, la clause garantit que la communauté des commerçants du Moyen-Orient et de l’Asie, qui sont des acteurs économiques majeurs, sont exemptés de la citoyenneté. Le président du Libéria, George Weah, a qualifié la clause relative aux Noirs « inutile et raciste ». Il a également soutenu publiquement un changement constitutionnel visant à autoriser la double citoyenneté, ce qui l’intéresse personnellement : son fils Timothy est citoyen américain et joue pour l’équipe nationale de football des États-Unis, ce qui l’exclut de la citoyenneté du pays dont son père est président.

Pour Tennen Dalieh Tehoungue, citoyenne libérienne et étudiante en doctorat à l’université de Dublin, la restriction de la citoyenneté raciale est importante à maintenir pour l’instant puisqu’elle sert comme moyen de promouvoir la croissance économique des Libériens. « La clause découle d’une histoire où les citoyens qui étaient d’anciens esclaves ont essayé de protéger le pays contre l’exploitation en limitant l’accès à la citoyenneté », a-t-elle expliqué.

« Nous avons besoin de meilleures institutions pour freiner les excès. Il existe des lois (la politique de libérianisation) qui limitent certains emplois et la propriété immobilière aux Libériens. Mais sont-elles strictement appliquées ? Etant donné que notre économie est fortement affectée par des facteurs externes et des acteurs étrangers, ouvrir les vannes de la citoyenneté sans construire nos institutions pourrait conduire à l’exploitation », a-t-elle déclaré.

Tennen n’est pas la seule. En 2015, le Libéria a organisé une conférence de révision constitutionnelle et les délégués ont voté pour le maintien du statu quo en matière de citoyenneté.

La lutte pour la citoyenneté est également liée à une lutte pour la propriété des terres. Les lois foncières libériennes limitent la propriété des terres aux citoyens, à la seule exception des institutions missionnaires, éducatives et autres institutions de bienfaisance étrangères qui ne peuvent utiliser les terres qu’aux fins pour lesquelles elles ont été acquises.

Avec un nombre important de Libériens sous le seuil de pauvreté, beaucoup craignent que l’ouverture à la citoyenneté et donc à la propriété foncière ne fasse des Libériens des spectateurs de leur propre économie. La majorité des Libériens ont un faible pouvoir d’achat, et en 2019, le revenu national brut par habitant n’était que de 580 dollars américains. Il est donc à craindre qu’ils soient surenchéris en matière de propriété foncière et de participation à l’économie.

D’autre part, les lois foncières affectent les activités des entreprises étrangères, qui ne peuvent pas posséder de terres et ne peuvent que les louer pour leurs activités. Les entreprises étrangères ont toujours été les plus gros contribuables du Libéria, et le pays cherche à encourager davantage d’investissements dans le pays.

Pourtant, en 2019, le Libéria était classé 175ème dans le classement de la Banque mondiale sur la « facilité à faire des affaires ». Certains affirment que le fait de permettre aux non-citoyens et aux sociétés étrangères de posséder des terres permettrait d’améliorer l’environnement des affaires et d’attirer davantage d’investissements.

Pour la citoyenne libérienne Vivian Ekie, la restriction de citoyenneté « a été incluse comme bouclier contre l’esclavage et elle devrait être supprimée car elle ne sert pas ce but au 21ème siècle ». Elle espère également que la double citoyenneté sera ouverte à tous.

Si la double citoyenneté est acceptée, il y aura une voie de citoyenneté pour les réfugiés libériens qui ont émigré à l’étranger pendant les quatorze années de guerre civile du pays et ont adopté la nationalité des pays dans lesquels ils ont émigré, et ont donc perdu leur citoyenneté.

Les résultats du référendum sur la double nationalité ne sont pas encore connus, mais de nombreuses questions subsistent quant à savoir si les éventuelles futures réformes des lois sur la citoyenneté du Liberia reflèteraient les idées modernes d’égalité, d’équité et de justice sociale.