FR | EN

Français | English

mardi, 18 janvier, 2022

|

25.2 C
Bamako
24.2 C
Niamey
24.1 C
Ouagadougou

|

10:55

GMT

La manifestation #RepealSSMPA a fait parler d’elle. Mais quelle sera la suite ?

Par Shade Mary-Ann Olaoye

Le 21 mars 2021, le hashtag #RepealSSMPA a commencé à devenir une tendance sur Twitter au Nigéria et au-delà. #RepealSSMPA était une action de solidarité en réponse au youtuber queer nigérian VicWonder, qui a appelé à l’abolition des lois criminalisant les personnes queers vivant au Nigéria en faisant une grève de la faim et en manifestant à la Chambre nationale de l’Assemblée à Abuja.

Bien que la manifestation n’ait duré que deux jours et se soit terminée dans des circonstances peu claires, elle a attiré l’attention nationale et internationale sur la loi d’interdiction du mariage entre personnes de même sexe (SSMPA) et a soulevé des questions sur la manière de l’abroger.

Le Nigéria est un pays hautement homophobe qui souffre encore des conséquences brutales de la SSMPA, adoptée en janvier 2014 sous la direction de l’ex-président Goodluck Ebele Jonathan. La SSMPA est une loi qui criminalise les personnes queers vivant au Nigéria et applique la violation de leurs droits humains fondamentaux à l’expression et à la liberté d’association.

En vertu de la SSMPA, toute personne qui fait une « démonstration publique d’une relation amoureuse entre personnes du même sexe », qui « enregistre, gère ou participe à des clubs, sociétés et organisations gays », ou qui soutient même de telles organisations, peut être condamnée à une peine de prison de 14 ans.

Cette loi a apporté un soutien institutionnel à l’homophobie et à la violence dont sont victimes les personnes queers dans le pays et les expose à toutes formes d’injustice, d’iniquité et de mauvais traitements. Selon un rapport publié dans la Greenwich Social Work Review, les violences perpétrées contre les personnes queers vivant au Nigéria ont augmenté de 214 % après l’adoption de la SSMPA. L’adoption de cette loi a entraîné une augmentation constante des arrestations, du chantage et d’autres formes d’attaques contre les queers nigérians.

Lorsque VicWonder a porté sa protestation dans la rue, il a suscité l’attention de plusieurs magazines homophobes nigérians, ce qui l’a exposé à diverses insultes et de virulentes attaques en ligne. Le hashtag étant « trending » au Nigéria et ailleurs, la manifestation a également provoqué une nouvelle conversation entre les nigérians queers à propos de l’abrogation de la SSMPA.

En signe d’inquiétude pour la communauté, quelques nigérians queers se sont inquiétés de sa sécurité et du retentissement de sa contestation sur la communauté gay nigériane.

Teni*, une lesbienne, a exprimé ses réserves en disant qu’elle pensait que l’objectif initial de la manifestation était simplement de sensibiliser les gens à la SSMPA, ce qui lui semblait être une bonne chose. Lorsqu’elle a vu qu’il s’agissait d’une protestation physique d’un seul homme, elle s’est inquiétée de la grève de la faim d’une personne queer nigériane à l’Assemblée nationale. Elle a souligné qu’elle comprenait que beaucoup d’homophobes qui souscrivent aux sentiments religieux, culturels et sociétaux qui alimentent l’homophobie auraient pu lui faire du mal juste pour prouver qu’ils avaient raison.

VicWonder tient une pancarte indiquant « Mon orientation sexuelle n’est pas un crime #RepealSSMPA » devant l’Assemblée nationale à Abuja, au Nigéria, le 20 mars 2021. Photo : VicWonder’s Twitter (@vicw0nder).

L’abrogation de la SSMPA nécessiterait un amendement de la Constitution. La partie à modifier serait discutée à l’Assemblée nationale, puis adoptée à la majorité des deux tiers. Elle serait ensuite envoyée aux États, où elle devrait être approuvée par une majorité d’au moins deux tiers de la Chambre des députés avant d’être présentée au président pour approbation.

L’abrogation des lois au Nigéria n’est jamais simple, et la SSMPA est particulièrement difficile à révoquer car elle est soutenue par de nombreux nigérians et législateurs homophobes, et est utilisée comme une arme pour susciter la haine des allosexuels à des fins politiques. L’ancien président du Nigéria, Goodluck Jonathan, s’est servi de cette loi pour améliorer ses perspectives politiques et s’assurer un second mandat malgré l’effondrement de l’économie, l’insécurité nationale et la corruption politique massive. En plus d’être utilisés comme une stratégie politique, de nombreux nigérians au pouvoir utilisent les préjugés contre la communauté LGBTQIA+ pour distraire et détourner les masses des conversations sur les nombreux maux sociaux qui existent dans le pays.

« La SSMPA ne profite à personne car elle peut être utilisée pour victimiser n’importe qui, quelle que soit votre orientation sexuelle ou votre identité de genre », a déclaré Victoria*, une lesbienne de 30 ans. La loi criminalise toute personne au Nigéria qui est perçue comme étant gay en raison de son expression de genre, ou même de son sens du style.

La manifestation #RepealTheSSMPA a duré deux jours, sans la moindre réaction des dirigeants politiques. Chijioke, défenseur des droits des homosexuels, l’a trouvée audacieuse, mais a également estimé qu’il s’agissait d’un mouvement mal pensé. Il a déclaré qu’il n’adhérait pas à l’idée d’attirer l’attention d’un oppresseur en choisissant de rester affamé, et qu’il préférait le rendre affamé. Pour cela, il pense qu’un effort collectif des masses, et pas seulement des personnes queers, est nécessaire.

Timinepre, un avocat, a déclaré qu’en plus de la suppression de la SSMPA, les citoyens concernés devraient examiner les dispositions d’autres lois qui criminalisent également l’homosexualité et qui doivent être abordées. Ces lois comprennent les articles 214 et 215 de la loi sur le code pénal, qui s’applique dans le sud du Nigéria, les articles 284 et 405 du code pénal, qui s’applique dans le nord du Nigéria, et le code pénal de la charia, qui a été adopté par 12 États du nord.

Enitan*, une défenseuse des droits de l’homme, affirme que les principaux moyens de lutter contre cette loi comprennent des efforts déjà en cours. Elle souligne la nécessité de faire prendre conscience que la SSMPA viole les droits de chacun, indépendamment de l’orientation sexuelle et de l’identité de genre, et insiste sur la nécessité de démonter petit à petit les dispositions de la loi. L’abrogation de la SSMPA d’un seul coup ne donnera probablement aucun résultat, a-t-elle dit, et elle a donc suggéré que les dispositions individuelles de la SSMPA soient examinées en parallèle avec la constitution du Nigéria.

« La constitution est suprême et toute autre loi lui est soumise, y compris la SSMPA. Quelle partie de l’accord SSMPA est contraire à la constitution ? Comment l’ASPS s’oppose-t-elle à la Constitution du Nigéria ? Prenez par exemple l’accord SSMPA qui criminalise la liberté de rassemblement, alors que la constitution du Nigéria nous donne le droit de le faire », a expliqué Enitan.

Enitan a également déclaré qu’elle pensait que la pression exercée par les organisations locales et internationales, un plaidoyer minutieux et stratégique, ainsi que la documentation des nombreuses violations des droits de l’homme résultant de la SSMPA, pouvaient conduire à un processus régulier d’abrogation de cette loi odieuse.

*Les noms suivis d’un astérisque ont été modifiés pour protéger l’identité de la personne citée.