FR | EN

Français | English

jeudi, 15 avril, 2021

|

32 C
Bamako
36 C
Niamey
34 C
Ouagadougou

|

10:29

GMT

La numérisation du patrimoine culturel nigérian est en cours. Ramènera-t-elle des objets pillés ?

Par Nosmot Gbadamosi

En août dernier, l’artiste Emeka Ogboh a reçu un appel. Les nombreuses manifestations de Black Lives Matter ont renversé les statues de marchands d’esclaves et de généraux confédérés. Les militants tentaient de reprendre les trésors africains pillés. Les autorités arrêtaient quotidiennement des manifestants, et le public était en colère.

Yusuf Maitama Tuggar, l’ambassadeur du Nigeria en Allemagne, était à l’autre bout du fil. Depuis sa prise de fonction en 2017, il avait activement demandé la restitution des Bronzes du Bénin. Il a écrit une lettre à la chancelière Angela Merkel pour demander officiellement leur retour. Il voulait qu’Ogboh s’entretienne avec le Staatliche Kunstsammlungen Dresden (SKD), dont le musée d’ethnologie détenait certains de ces objets pillés.

Conscient que les législateurs allemands ont ignoré à deux reprises ces demandes de restitution, Ogboh était tout aussi contrarié. « J’ai été clair dès le début que j’étais ici pour faciliter les choses, plutôt que de faire des tables rondes et de boire du thé », a déclaré Ogboh.

A la place du thé, Ogboh a lancé une campagne d’affichage commandée par le musée, montrant des images d’objets béninois au Museum für Völkerkunde de Dresde avec le texte « Disparus au Bénin ».

« Le dialogue sur les réparations a été inefficace jusqu’à présent », a-t-il déclaré. Les affiches d’Ogboh exposées dans tout Dresde représentent cinq des bronzes actuellement dans la collection du musée, avec des détails sur les dimensions, la provenance et la date à laquelle les objets ont disparu du Bénin. Il a déclaré qu’il s’agissait d’un appel à l’action qui ferait sortir le débat des musées et le ferait descendre dans la rue avec « un sentiment d’impatience et de nécessité ».

Les affiches se sont avérées populaires auprès du public et Ogboh a maintenant l’intention d’élargir l’audience mondiale du projet en le mettant en ligne.

L’affiche « Disparus au Bénin » conçue par Emeka Ogboh est vue à Dresde, en Allemagne, le 30 décembre 2020. Photo : Oliver Killig

En février 1897, le royaume du Bénin, qui fait aujourd’hui partie du sud du Nigeria, a été saccagé et incendié par des soldats britanniques lors d’une expédition punitive. Les Britanniques ont tué des milliers d’habitants du royaume d’Edo avec des mitrailleuses automatiques Maxim.

Après avoir été soumis à un simulacre de procès, deux des chefs du roi ont été abattus par les Britanniques « et leurs corps ont été exposés pendant 24 heures dans les rues », selon un rapport du New York Times datant de 1897. Les journalistes de l’époque ont écrit que « les soldats anglais sont allés au Bénin, ont tué beaucoup de sauvages nus ».

Les soldats ont volé des objets ancestraux dans le palais royal du Bénin et les ont vendus au plus grand bailleur ou les ont transmis à des membres de leur famille. Le reste est allé au British Museum pour une exposition plus tard cette année-là dans son sous-sol, où ils sont restés pendant 124 ans. Les estimations du pillage vont d’au moins 3 000 à plus de 10 000 objets.

« Ces objets ont été volés et de manière si violente », a déclaré Ogboh à Sahelien.com. « La société doit agir dans son ensemble pour rapatrier les artefacts qui ne sont tout simplement pas à eux ».

Un nouveau projet né du groupe de dialogue sur le Bénin, dont le fer de lance est le Museum am Rothenbaum de Hambourg, en Allemagne, pourrait apporter des éclaircissements sur le nombre de bronzes détenus dans les musées.

Le projet s’appelle Digital Benin, et il est financé par la fondation artistique Ernst von Siemens à hauteur de 1,2 million d’euros. Il vise à compiler les données numériques existantes des musées occidentaux sur les objets d’art du Bénin et à les compléter par des connaissances orales d’experts et des documents recueillis lors d’entretiens à Benin City et à Lagos. « Nous voulons le raconter de la même façon que les Béninois racontent leur histoire », a déclaré Godfrey Ekhator-Obogie, responsable de la recherche pour Digital Benin, qui est basé à Benin City.

« Nous demandons aux musées de nous fournir les données telles qu’ils les ont stockées », a déclaré Anne Luther, experte en sciences humaines numériques qui fait partie de l’équipe de Digital Benin. « A partir de là, nous voulons développer une vision centrée sur le Bénin pour reconnecter ces informations provenant des musées ».

De nombreux objets saisis au Bénin sont liés à des événements historiques, des rites sacrés et des cérémonies ancestrales. « Au Bénin, avant l’expédition punitive, chaque foyer était un musée parce que chaque foyer possède un autel ancestral », a expliqué M. Ekhator-Obogie.

« Prenez le très populaire masque d’ivoire [Reine mère Idia], nous parlerons de la façon dont les Béninois ont engagé leurs voisins les Igala dans une guerre, comment une femme a été mariée à un roi d’un village du Bénin, et comment cette femme est devenue la première reine mère guerrière du Bénin », a ajouté M. Ekhator-Obogie.

Le masque de la Reine Idia. Photo : Le Metropolitan Museum of Art

Le Digital Benin apporterait le contexte culturel et l’histoire orale manquants dans les descriptions matérielles actuellement disponibles sur les masques détenus au British Museum et au Metropolitan Museum of Art de New York.

Le projet de numérisation est également un outil pour les étudiants nigérians qui n’ont pas encore accès aux objets ou aux documents d’archives. L’équipe estime qu’elle traitera des données concernant probablement entre 3 000 et 5 000 objets dispersés dans des musées du monde entier. Elle ne tiendra pas compte des milliers d’objets qui se trouvent dans des collections privées ou des ménages en Europe et aux États-Unis.

Le Musée d’art ouest-africain d’Edo, prévu près du site de l’ancien palais royal à Benin City, sera la principale source de mises à jour de la plateforme dans le futur. « Nous disposons de deux ans et d’un montant limité de ressources financières. Cependant, d’une part, le projet ne se substitue en aucune façon à la restitution », a insisté M. Luther. « Digital Benin ne dit pas : d’accord, donnez-nous ces objets en ligne et oubliez-les objets ils-mêmes », a ajouté M. Ekhator-Obogie.

En Europe, la décision de restituer des objets ne peut être prise que par des hommes politiques, et non par les directeurs de musée. Cela s’explique par des lois comme le British Museum Act de 1963, qui stipule que les collections appartiennent à l’État et ne peuvent être restituées que si elles sont endommagées ou si elles constituent un double. Après avoir obtenu son indépendance de la Grande-Bretagne, le Nigeria a racheté certains bronzes du Bénin mis en vente par le British Museum, qui affirmait qu’il s’agissait d’excédents identiques.

Une nouvelle législation est nécessaire pour restituer les objets, comme un projet de loi récemment adopté par le Parlement français pour restituer les objets pillés au Sénégal et au Bénin, qui était connu sous le nom de Royaume du Dahomey avant la colonisation française. Les politiciens d’autres pays, en particulier la Grande-Bretagne, ont largement ignoré ces demandes. Le ministre britannique de la culture, Oliver Dowden, s’est opposé à « l’enlèvement des statues ou d’autres objets similaires ». Il a plutôt exhorté les musées à « défendre notre culture et notre histoire contre la minorité bruyante d’activistes qui tentent constamment de rabaisser la Grande-Bretagne ».

En Allemagne, le directeur de la Fondation culturelle prussienne, qui supervise le nouveau Forum Humboldt qui détient environ 530 objets béninois pillés, a déclaré à ArtNet que la restitution ne pouvait avoir lieu que « sur la base d’un dialogue dans lequel on considère conjointement quelles choses doivent être restituées, lesquelles doivent rester ici ».

Un visiteur regarde les deux têtes d’un ancêtre royal (Uhunmwun Elao), du royaume du Bénin du 18e siècle (R) et du 19e siècle (C), exposées au Musée du Quai Branly à Paris, France, le 23 novembre 2018. REUTERS/Philippe Wojazer

Le Metropolitan Museum of Art a déclaré à Sahelien.com que les objets de sa collection « ont été donnés à l’institution dans les années 1970 et 1990 par des particuliers qui les avaient acquis sur le marché de l’art ». De nombreux bronzes du Bénin détenus par le Met, comme le masque de la Reine Idia, étaient des cadeaux de la famille Rockefeller.

« Pratiquement tous les artefacts créés pour la Cour du Bénin avant le 20e siècle – se comptant par milliers – ont été enlevés par les Britanniques en 1897 », a reconnu un porte-parole du Met, qui a déclaré que le musée « réfléchissait activement à la manière dont il pourrait contribuer à Digital Benin », mais n’a pas mentionné la restitution.

Pour l’artiste et historien de l’art Peju Layiwola, « le Digital Benin nous donne la possibilité de voir et de savoir ce qui est disponible sur le marché ». Mais elle affirme que les arguments en faveur d’une restitution incontestable se font de plus en plus entendre. Layiwola est une descendante de la famille royale du Bénin et est l’une des rares femmes fondatrices de bronze au Nigeria. « Les gens regardent l’histoire et voient la manière injuste dont l’Afrique en particulier a été colonisée », a-t-elle déclaré.

Lagos était une ville indépendante de l’Empire du Bénin. Elle a été la première à être attaquée en 1851 par la marine britannique et annexée une décennie plus tard en tant que colonie. Les comptes-rendus de ses bombardements décrivent « une plage bordée de cadavres d’hommes sur près d’un kilomètre ».

« Lorsque nous l’examinons dans un contexte plus large, il s’agit d’un vol généralisé, et pas seulement au Bénin », a déclaré M. Layiwola.

Elle veille à ce que le débat ne se termine pas avec Digital Benin. Une idée « qui a déjà été avancée auparavant est l’idée d’envoyer des matériaux numériques comme une sorte de rapatriement ou de restitution », a-t-elle expliqué. « On ne danse pas avec les masques numériques. Il faut les masques physiques », a-t-elle dit.

Ogboh reste déterminé. « Les futurs musées seront les musées qui ne sont pas des scènes de crime », a-t-il déclaré.