FR | EN

Français | English

samedi, 04 décembre, 2021

|

35.2 C
Bamako
34.2 C
Niamey
35.1 C
Ouagadougou

|

14:08

GMT

Le gouvernement nigérian déclare la guerre à la cryptomonnaie

Par Pelumi Salako

Le 5 février 2021, la Banque centrale du Nigeria a publié une circulaire qui interdit aux banques nigérianes, aux institutions financières non bancaires et aux autres institutions financières de faire des transactions en cryptomonnaie ou de faciliter les paiements pour les échanges de cryptomonnaie, avec la promesse de sanctions réglementaires sévères pour ceux qui ne se conforment pas à la directive.

« Toutes les BMD, IFNB et AIF sont tenues d’identifier les personnes et/ou les entités qui effectuent des opérations de cryptologie monétaire ou qui opèrent des échanges de devises dans leurs systèmes et de veiller à ce que ces comptes soient fermés immédiatement », indique la circulaire. L’interdiction de la cryptomonnaie a été dévastatrice pour de nombreux Nigérians, qui ont exprimé leur inquiétude sur les réseaux sociaux.

L’économiste Nonso Obikili a tweeté « Quelle est l’importance de la cryptomonnaie au Nigeria ? Sur binance aujourd’hui, la valeur des échanges BTC/NGN valait 13,4 milliards de nairas. Pour le contexte, le volume des échanges sur la bourse nigériane aujourd’hui était de 5,6 milliards de nairas. Et Binance n’est qu’une bourse ». Un autre utilisateur, Fakkhriyah Hashim, a tweeté : « La directive CBN visant à interdire les transactions Crypto est scandaleuse. Il y a tant de jeunes qui innovent, qui créent tant malgré l’hostilité du gouvernement nigérian. C’est une attaque contre tous ceux qui misent tant sur l’investissement au Nigeria ».

Selon le marché crypté Paxful, le Nigeria est classé deuxième plus grand utilisateur de bitcoins au monde en termes de volume d’échanges, et a échangé 60 215 bitcoins (d’une valeur de plus de 566 millions de dollars) au cours des cinq dernières années. Le Nigeria est le plus grand marché de cryptomonnaie d’Afrique. L’année dernière, BuyCoins a estimé que le volume total de bitcoins échangés au Nigeria était de 200 millions de dollars par mois.

L’interdiction de la cryptomonnaie signifie que les entreprises fintech locales doivent envisager de nouveaux moyens de poursuivre leurs activités. « Nous sommes pleinement conscients de la dernière circulaire CBN et nous allons travailler avec les régulateurs pour garantir la conformité de nos services. Toutes les transactions sur nos plateformes continuent comme d’habitude, et tous les fonds des utilisateurs sont en sécurité », peut-on lire sur la page Twitter de BuyCoin. Binance a annoncé qu’il avait suspendu les dépôts des utilisateurs nigérians.

Franklin Peters, le PDG de Bitfxt, a déclaré que l’interdiction avait pris sa société par surprise. « Pour ma société, c’est un coup dur car nous ne nous y attendions pas. Nous devions dévoiler l’une de nos nouvelles applications qui dépendaient fortement de nos partenaires financiers. Cela nous a vraiment touchés parce que nous avons dépensé beaucoup d’argent pour la construire jusqu’à ce point, seulement pour qu’elle rencontre la communauté morte à son arrivée », a déclaré M. Peters à Sahelien.com.

L’économiste nigérian Olayinka Osola a déclaré que l’interdiction affectera l’économie du pays de multiples façons, à commencer par la perte d’emplois et de partenariats qui contribuent de manière significative à la croissance économique. « Les plateformes d’échange de crypto fonctionnent avec les banques parce qu’elles ne peuvent pas détenir d’argent. Ces types paient des impôts et s’ils se retrouvent sans emploi, ils ne pourront plus le faire et cela affectera notre produit intérieur brut. Si les choses vont mal et que les entreprises doivent licencier leurs travailleurs, il y aura un effet d’entraînement », a expliqué M. Osola.

L’interdiction pourrait également entraîner une inflation du naira, a-t-il affirmé. « Avec le système de pair à pair, il y aura beaucoup de sorties d’argent du pays, ce qui réduira considérablement la réserve de liquidités de la banque. Je suis sûr que la banque ne voudra pas accepter cela. Il se peut aussi qu’il y ait de l’inflation parce qu’une grande partie des nairas quitteront le pays. Peut-être ne le voient-ils pas encore, mais il est assez clair que ces choses vont se produire », a déclaré M. Osola.

FILE PHOTO: Abolaji Odunjo, a gadget vendor who trades with bitcoin, demonstrates a bitcoin application on his mobile phone in Lagos, Nigeria August 31, 2020. REUTERS/Temilade Adelaja/File Photo – RC2MXK9D509U

De nombreux gouvernements à travers le monde mettent en œuvre des plans qui adoptent la cryptomonnaie. Il y a tout juste une semaine, le gouvernement ukrainien a annoncé son projet de construction d’un centre d’extraction de bitcoin qui permettrait d’utiliser l’énergie nucléaire ukrainienne, d’augmenter les bénéfices d’Energoatom et de contribuer à la croissance de la bourse du gouvernement. Des pays comme les États-Unis ont inclus la cryptomonnaie dans leurs déclarations d’impôts.

L’une des raisons pour lesquelles le gouvernement nigérian a réprimé la cryptomonnaie au lieu de la promouvoir est d’étouffer la dissidence. En octobre dernier, lors des manifestations #EndSARS, des dons ont été reçus par de bitcoins lorsque la CBN a suspendu les comptes des organisateurs et d’autres plateformes de paiement locales. Cette mesure a été un élément clé de la tentative du gouvernement d’étouffer la demande visant à mettre fin aux excès de la tristement célèbre Unité spéciale de lutte contre le vol (SARS en anglais) de la police nigériane.

Certains pensent que l’incapacité du gouvernement fédéral à faire échouer les dons provenant de la cryptomonnaie a pu être un facteur de motivation dans la mise en place de cette nouvelle directive. L’avocat Michael Adeyemi Adú a expliqué que « le gouvernement n’adopte pas la cryptomonnaie parce qu’il n’a pas le pouvoir de contrôler les prix et son utilisation ».

Le PDG de Bitfxt, Franklin Peters, a déclaré qu’en réponse à l’interdiction, sa société envisage maintenant de s’enregistrer dans les « pays accueillants » et cherche activement de nouvelles façons de rétablir un fonctionnement pratique de leur plate-forme. Depuis le 10 février 2020, les comptes des entreprises de Bitfxt ont été effacés et fermés par leur banque hôte.

Pour beaucoup de Nigérians en proie au cauchemar de la pauvreté et du chômage, le commerce des devises crypto est devenu une source de liberté financière. Certains en font leur principale source de revenus, tandis que d’autres y gagnent un salaire passif. Pour les chefs d’entreprise, elle a servi d’outil de couverture, et certains indépendants sont payés en cryptomonnaie.

Oluwatosin Ayodele, un écrivain indépendant de 23 ans, m’a dit qu’il avait gagné plus avec la cryptomonnaie qu’avec les monnaies fiduciaires. « Il y a deux ans, j’ai reconnu l’utilisation de la cryptoconnaie, en particulier des bitcoins, comme une meilleure option de paiement car elle offre de meilleurs taux que les autres options de paiement direct sur compte. Le fait que les autres moyens de paiement ont des limites et des taux plus bas a fait du bitcoin un atout. La cryptomonnaie me permet notamment de traiter rapidement les paiements en cas d’urgence ».

« Je ne sais pas comment je vais m’y prendre à partir de maintenant parce que je me suis en quelque sorte habitué aux taux juteux et aux possibilités d’investissement que la crypto offre. Il y a des sites auxquels j’ai vendu et ils ont versé automatiquement sur mon compte parce qu’il y a une symbiose avec les banques traditionnelles. Maintenant que cela a disparu, je me demande comment je vais faire pour échanger de la cryptomonnaie avec naira. Rien ne justifie cette politique et cela ressemble à de l’intimidation », a déclaré M. Ayodele. « En tant que jeune créatif, je sens que le gouvernement est contre moi. »

Moses Akanbi, un jeune crypto-trader qui achète et vend des variétés de pièces, a pu soutenir sa famille et ses amis grâce aux bénéfices qu’il réalise sur ses transactions quotidiennes. Il a investi dans l’agriculture grâce à ses gains commerciaux, et a affirmé que les commerçants du Nigeria trouveraient un moyen de faire fonctionner les choses même avec l’interdiction du gouvernement. « La crypto m’a vraiment sauvé de vie. La vie m’avait frappé, maisellel m’a donné un moyen de survivre. La monnaie crypto ne peut pas être interdite ici. Nous sommes les géants de la cryptomonnaie en Afrique. Nous allons certainement trouver un moyen de la contourner. »