FR | EN

Français | English

samedi, 04 décembre, 2021

|

35.2 C
Bamako
34.2 C
Niamey
35.1 C
Ouagadougou

|

15:08

GMT

Les autorités guinéennes gardent la mainmise sur l’épicentre de la nouvelle épidémie du virus Ebola

Par Varney Kamara

GOUÉCKÉ, Guinée – La petite ville de Gouécké, dans le sud-est de la Guinée, a attiré l’attention internationale ces dernières semaines lorsque le gouvernement guinéen a annoncé qu’elle était l’épicentre d’une nouvelle épidémie du virus Ebola.

Au moins cinq personnes de Gouécké sont mortes et neuf autres ont été infectées par la nouvelle épidémie du virus Ebola, ont déclaré les autorités sanitaires de la région de Nzérékoré en Guinée à Sahelien.com.

Des unités spéciales de gendarmerie et des agents de santé sont maintenant déployées aux points de contrôle menant aux deux entrées principales de la ville de 36 555 habitants de langue Kpelleh. Les voyageurs qui entrent et sortent de la ville doivent se laver les mains dans des seaux et faire prendre leur température aux entrées, qui sont étroitement surveillées.

Le 3 février 2021, le gouvernement guinéen a annoncé la mort de Christine Lowo, 49 ans, du virus Ebola, marquant ainsi la première réapparition de la maladie dans la région depuis l’épidémie dévastatrice de 2014 à 2016. Les autorités n’ont pas dévoilé comment Lowo avait été infectée.

Selon les autorités locales, Christine Lowo était directrice des soins infirmiers au centre médical de Gouécké. Elle avait auto-diagnostiqué ses symptômes d’Ebola et elle a demandé d’être testée pour le virus. Après sa mort, deux de ses jeunes frères sont également morts de la maladie, ce qui ranime la crainte d’une résurgence du virus qui a gravement endommagé les secteurs politique, social et économique de la région pendant l’urgence sanitaire mondiale de 2014 à 2016.

Le maire de Gouécké, Ibrahima Koné, a rassuré le public en précisant que les autorités avaient retrouvé tous les contacts de Lowo et les avaient placés en isolement. « Après qu’elle ait présenté des symptômes de vomissements, de selles noires et de faiblesse, nous l’avons transférée à Nzérékoré et là, les médecins ont prononcé qu’elle était morte d’Ebola », a-t-il expliqué à Sahelien.com. « Deux de ses petits frères sont également morts d’Ebola. Depuis lors, nous avons retrouvé 40 personnes qui étaient en contact avec les morts et les avons remis aux administrateurs de la santé à Nzérékoré, où elles sont gardées en lieu sûr. C’est ainsi que nous avons réussi à contenir le virus », a-t-il déclaré.

Gouécké se trouve à 40 kilomètres de la capitale régionale, Nzérékoré, et à 121 kilomètres au nord-est de la frontière libérienne. Au milieu de la région forestière de Guinée, la ville est entourée de collines verdoyantes.

Un homme se lave les mains par mesure de précaution contre l’épidémie du virus Ebola à Nzérékoré, en Guinée, le 21 février 2021. Photo par Varney Kamara pour Sahelien.com

Les administrateurs de la ville ont mis en place des règlements sanitaires d’urgence comme le lavage des mains et le contrôle de la température dans toute la ville, ainsi que le distanciement social et l’interdiction des grandes assemblées. Ces mesures visent à contenir le virus et à limiter le risque de propagation rapide d’une fièvre hémorragique dont les signes habituels sont les vomissements, les saignements, une forte fièvre, le rhume, l’estomac qui coule et l’effondrement du système nerveux.

Jusqu’à présent, a déclaré M. Koné, tous les décès dus au virus proviennent de la famille de Lowo, et aucun autre décès ou infection n’a été signalé. M. Koné a toutefois souligné qu’il y a des réserves limitées de nourriture, de médicaments et de produits de nettoyage de qualité médicale pour les malades et les personnes en quarantaine.

« Je peux vous dire avec certitude que le gouvernement guinéen fait de son mieux pour aider à contenir la situation. Mais je lance également un appel à la communauté internationale pour qu’elle fournisse de la nourriture et d’autres fournitures médicales aux personnes que nous avons mises en quarantaine jusqu’à présent », a-t-il déclaré.

L’appel à l’aide du maire Koné est similaire aux obstacles que les gouvernements régionaux doivent surmonter dans la lutte contre la dangereuse épidémie d’Ebola. La faiblesse des infrastructures sanitaires, les capacités limitées, le manque de spécialistes des maladies infectieuses, le manque de formation et les ressources financières limitées sont quelques-unes des difficultés communes que les gouvernements de la région ont rencontrées lors de l’épidémie d’Ebola de 2014. Gouécké se trouve à environ 230 kilomètres de Meliandou, en Guinée, où l’épidémie de 2014 a pris naissance.

Un rapport de la Banque mondiale publié en octobre 2014 a enregistré plus de 14 000 décès dus à l’Ebola à la suite de 20 000 infections en 2014. La crise sanitaire a conduit à une impasse économique, avec des pertes de 2,2 milliards de dollars au Liberia, en Sierra Leone et en Guinée, selon la Banque mondiale.

Des gens ne portant pas de masque dans le grand marché malgré une épidémie du virus Ebola à Nzérékoré, en Guinée, le 21 février 2021. Photo par Varney Kamara pour Sahelien.com

À la mi-2016, alors que les gouvernements de la région ont enfin surmonté la plus grande crise Ebola du monde, des milliers de survivants ont également dû faire face à la stigmatisation des communautés et des ménages lorsqu’ils ont retrouvé leurs familles.

La deuxième épidémie d’Ebola en Guinée survient à un moment où la région peine encore à faire face à l’impact de la pandémie de Covid-19, qui a également affaibli le commerce et a aiguisé les économies régionales. « Nous sommes fatigués. D’abord, on nous a dit que nous avions le virus Ebola, puis ils nous ont dit que nous avions le coronavirus. Maintenant, c’est l’Ebola à nouveau », a déclaré une femme de Gouécké, qui a demandé à ne pas être identifiée.

En réponse à l’épidémie d’Ebola en Guinée, les autorités du Liberia voisin ont ordonné la réactivation des équipes sanitaires d’urgence dans les comtés limitrophes de la Guinée, notamment les comtés de Lofa, Bong, Nimba, Cape Mount et Gbapolu, tout en demandant à la population de ne pas paniquer.

Dans le pays voisin, la Sierra Leone, le président Julius Maada Bio a également ordonné la réactivation du système de santé d’urgence du pays et de l’équipe de surveillance pour tracer les contacts et surveiller la situation à sa frontière avec la Guinée. Les autorités sanitaires de la région tiennent également des réunions 24 heures sur 24 et mettent en place des mesures d’urgence pour empêcher le virus de se propager davantage.

La frontière entre la Guinée et le Libéria est vue depuis Ganta, au Libéria, le 21 février 2021. Photo par Varney Kamara pour Sahelien.com

Jusqu’à présent, la Guinée et la région de l’Afrique de l’Ouest semblent avoir une main ferme sur la nouvelle épidémie du virus Ebola, ce qui laisse espérer que le virus n’atteindra pas le niveau incontrôlable qu’il a atteint au début de l’épidémie de 2014.

Cependant, malgré les premiers signes positifs, il y a des inquiétudes. Une grande partie de la population guinéenne de la région de Nzérékoré continue de nier la résurgence du virus Ebola. À Gouécké, Nzérékoré et dans d’autres villes et villages, la plupart des gens dans les rues ne portent pas de masque nasal ou n’ont pas de désinfectants.

« Allez dire à votre peuple au Libéria que nous n’avons pas d’Ebola dans notre pays. C’est une maladie des blancs. Ces gens nous racontent des mensonges », a déclaré en souriant une femme de la communauté Kpamady de Nzérékoré, en passant devant le correspondant de Sahelien.com.

Ses commentaires représentent une perception commune de ceux qui doutent encore de l’existence du virus Ebola. Selon les experts, ce déni pourrait être un sérieux piège pour le gouvernement, à moins qu’il ne se lance dans une campagne d’information soutenue.

« Nous ne pouvons que prier et espérer que Dieu nous aidera afin que le virus ne se propage pas davantage. Le gouvernement et ses partenaires internationaux font de leur mieux, mais les gens sont très têtus », a déclaré Christopher Millenouno, porte-parole des autorités sanitaires de Nzérékoré, à Sahelien.com. « Si vous leur dites de ne pas aller ici et de ne pas faire de XYZ, ils ne vous écouteront pas. Ils font plutôt le contraire. C’est ça le problème », a-t-il déploré.

M. Millenouno a déclaré que le gouvernement guinéen avait déjà commencé à vacciner sa population contre le virus Ebola. « C’est pourquoi le gouvernement guinéen ne prend aucun risque. Le gouvernement et ses partenaires internationaux resserrent notre emprise sur la situation afin qu’elle ne devienne pas incontrôlable ».