FR | EN

Français | English

jeudi, 18 août, 2022

|

29.2 C
Bamako
32.2 C
Niamey
30.1 C
Ouagadougou

|

13:00

GMT

Les immigrants haïtiens aux États-Unis souffrent des politiques de l’administration Biden

Par Damilola Banjo

En décembre 2019, un père haïtien et sa fille de trois ans sont arrivés à la frontière américano-mexicaine au Texas pour demander l’asile. Des agents du Département de la sécurité intérieure ont séparé de force la petite fille de son père contre leur volonté, et elle a ensuite été envoyée par avion dans un foyer d’accueil transitoire en Pennsylvanie.

Quelques mois seulement après avoir été placée de force dans un foyer d’accueil, les agents de l’Immigration and Customs Enforcement (ICE) l’ont expulsée vers Haïti, un pays où elle n’avait jamais mis les pieds.

La jeune enfant est née au Chili, où son père, un barbier, a fui Haïti en 2007 après que des membres de gangs ont brûlé le restaurant de sa mère à Port-au-Prince et ont failli le tuer, a-t-il dit. « Ils m’ont tiré dans la jambe », a-t-il expliqué. Les noms du père et de la fille, ainsi que d’autres sources dans cette histoire, n’ont pas été divulgués afin de protéger leur identité.

Le père a entamé une relation avec une femme haïtienne rencontrée au Chili et leur fille est née en 2016. Il ne gagnait pas assez d’argent pour s’occuper de sa fille, même s’il avait acquis le statut de citoyen permanent au Chili et pouvait trouver un emploi, a-t-il expliqué, alors en décembre 2019, il a décidé de demander l’asile aux États-Unis. Son partenaire est venu aux États-Unis pour demander l’asile un an plus tard.

Après s’être présenté à la frontière pour demander l’asile, il a été détenu pendant quatre mois par l’ICE, puis expulsé en vertu du titre 42, un code de santé publique dont les administrations Trump et Biden ont abusé pour annuler les protections juridiques et faciliter les expulsions pendant la pandémie de Covid-19.

« Il fuyait les meurtres et les enlèvements dans son pays d’origine, et les difficultés économiques au Chili. Je pense qu’il est un bon candidat pour l’asile », a déclaré Debbie, 56 ans, la famille d’accueil à laquelle sa fille a été confiée pendant qu’il était en détention. Le contrat d’accueil de Debbie lui interdit de parler de son client à la presse, mais elle voulait que l’histoire soit connue, a-t-elle dit.

Lorsque le président Biden a pris ses fonctions en janvier 2021, de nombreux demandeurs d’asile haïtiens ont espéré que leur situation changerait sous la nouvelle administration.

C’est le contraire qui s’est produit. Biden a maintenu les restrictions du titre 42 en place et plus d’Haïtiens ont été renvoyés des États-Unis depuis qu’il a pris ses fonctions que pendant toute l’année fiscale 2020 sous Trump, selon le Mur invisible, un rapport produit par les groupes de défense de l’immigration Haitian Bridge Alliance, Quixote Centre et UndocuBlack Network.

« Au cours de l’année qui a suivi la mise en œuvre de la politique du titre 42, plus d’un tiers (38 %) de tous les vols d’expulsion vers Haïti ont eu lieu sous la surveillance du président Biden », affirme le rapport. L’ambassade des États-Unis à Port-au-Prince, en Haïti, a également pris note de l’augmentation des expulsions, en publiant un tweet indiquant que Biden ne veut pas que les Haïtiens viennent aux États-Unis.

Biden a également rompu ses promesses de campagne de porter les admissions de réfugiés à 125 000 nouvelles personnes par an. Il a d’abord essayé de maintenir le plafond historiquement bas de l’administration Trump à 15 000, mais après le tollé des défenseurs de l’immigration qui ont déclaré que le plafond était raciste, l’administration Biden a augmenté le nombre à 62 500 .

Les défenseurs de l’immigration ont également fait valoir que la forte hausse des expulsions d’Haïtiens va à l’encontre du principe du statut de protection temporaire (TPS) dont bénéficient les immigrants de ce pays des Caraïbes aux États-Unis. Le TPS est accordé aux pays en situation de crise humanitaire, de guerre ou d’incapacité du pays à prendre soin de ses citoyens de retour au pays.

Avec la crise croissante en Haïti, l’administration Biden a été fortement critiquée pour avoir expulsé des Haïtiens vers un pays en difficulté. Les défenseurs des droits des Haïtiens continuent de réclamer l’extension du TPS au-delà de l’échéance du 4 octobre 2021 fixée par les services de citoyenneté et d’immigration des États-Unis. Le secrétaire d’État à la Sécurité intérieure, Alejandro Mayorkas, a récemment annoncé qu’il réexaminait les protections TPS pour Haïti, le Cameroun et la Mauritanie.

Haïti n’est pas en sécurité et se remet encore du tremblement de terre de 2010 et de l’ouragan Matthew en 2016. Ces dernières années, on a assisté à une recrudescence des meurtres et des enlèvements contre rançon.

Bien qu’il n’y ait pas de données à l’échelle nationale sur les enlèvements, Le Nouvelliste, le plus ancien journal d’Haïti, a estimé qu’au moins 160 personnes ont été enlevées chaque mois en 2020. Cela représente un taux de cinq personnes par jour, avec des signes que ces chiffres ne font qu’augmenter.

La criminalité est en grande partie alimentée par la pauvreté, un taux de chômage de 14,5 % et une répression systématique en place depuis la fondation du pays en tant que première république noire après l’indépendance.

« Expulser les gens là-bas alors qu’il y a toutes ces instabilités, cela n’a aucun sens », a déclaré Lovely Pierre, un coordinateur de Beraca Community Development Corporation, une organisation caritative haïtienne à Brooklyn.

Le travail de Mme Pierre la met en contact avec de nombreux Haïtiens sans papiers qui vivent dans la crainte d’être expulsés, dit-elle, y compris ceux qui ont des enfants nés aux États-Unis. Une mère immigrée a continué à garder son fils de 9 ans, né aux États-Unis et malade, à la maison parce qu’elle craint d’être expulsée, a déclaré Pierre.

Rose, 32 ans, a survécu au tremblement de terre de 2010. Alors que les premiers intervenants cherchaient encore des corps dans les décombres, elle a fui vers la République dominicaine où elle est restée pendant quatre ans, retournant en Haïti pour quelques mois, avant de finalement traverser la frontière vers les États-Unis en 2015.

Rose vit actuellement à Brooklyn, où elle est étudiante au Nyack College, une université privée chrétienne. Elle s’inquiète constamment de la sécurité de ses parents et de ses frères et sœurs qu’elle a laissés en Haïti, mais elle craint pour son propre avenir en tant qu’Haïtienne sans papiers vivant aux États-Unis.

« Pour quelqu’un qui a passé sept ans dans ce pays, comme moi pour exemple, se faire arracher de la rue et expulser est la chose la plus mauvaise et la plus méchante que l’on puisse faire », a déclaré Rose.

Le coiffeur est de retour en Haïti avec sa fille, luttant pour assurer sa sécurité et gagner sa vie. Il y a quelques semaines, il a été poignardé au bras par des agresseurs qui ont volé la bouteille de propane qu’il utilise pour cuisiner, raconte Debbie, qui est restée en contact avec lui et l’enfant, dans l’espoir de les aider à rentrer aux États-Unis en toute sécurité et légalement.

Selon le père, le fait que les filles connaissent l’anglais les expose à un risque accru d’enlèvement. Debbie n’est pas certaine de pouvoir aider à les ramener aux États-Unis, mais elle a déclaré qu’elle continuerait à essayer.

« Pour les personnes originaires de pays comme Haïti, il n’existe aucune voie d’accès légale aux États-Unis. L’asile est vraiment tout ce qu’ils ont et il n’est pas souvent accordé », a-t-elle déclaré.