FR | EN

Français | English

vendredi, 03 décembre, 2021

|

29.2 C
Bamako
32.2 C
Niamey
32.1 C
Ouagadougou

|

19:41

GMT

Les médecins nigérians font grève pour obtenir de meilleurs salaires et conditions de travail

Par Dounard Bondo                                 

Un important syndicat de professionnels de la santé publique nigérians a déclaré une grève indéfinie à partir du jeudi 1er avril, alors que la pandémie de Covid-19 perdure et que le pays poursuit le déploiement de ses vaccins. Dans sa déclaration officielle, l’Association nigériane des médecins résidents (NARD) a invoqué l’absence de salaire depuis trois mois, le besoin urgent d’augmenter la prime de risque pour les médecins en première ligne, l’octroi de prestations d’assurance en cas de décès en service, ainsi que d’autres revendications.

Le président de la NARD, le Dr Uyilawa Ikhuaihesuyi, a expliqué lors d’une interview télévisée que l’association poursuit sa grève illimitée parce que le gouvernement n’a pas réussi à résoudre les problèmes clés discutés les années précédentes. Auparavant, a-t-il dit, la NARD avait mis fin aux actions de grève prévues après que le gouvernement eut fait des promesses concernant les salaires, les EPI et l’amélioration des installations, mais certaines de ces promesses n’ont pas été respectées. Il a également souligné la nature patriotique et des médecins.

Les agents de santé de certains centres médicaux comme le Federal Medical Centre, Keffi, et l’University College Hospital, Ibadan, étaient déjà en grève lorsque la grève de la NARD a été déclenchée. La Dr Egbiri Joy, médecine au FMC de Keffi, faisait déjà partie d’une manifestation de lundi pour les salaires. Elle s’est jointe à la grève de la NARD jeudi et a déclaré que « même si nous travaillons de longues heures, je n’ai toujours pas été payée depuis trois mois », arguant que les conditions de travail sont inacceptables.

« Avant, les salaires étaient de 195 000 naira plus les taxes. Mais ils ont centralisé les paiements, les salaires sont maintenant de 172 000 naira avec des déductions pour les loyers des maisons qui sont faites de manière centralisée, même si tous les agents de maison ne vivent pas dans les quartiers des hôpitaux à travers le pays », a expliqué Joy.

Le système de santé nigérian est en sous-effectif et il est sous-financé. En 2021, le budget national du Nigeria, qui s’élève à 13 000 milliards de nairas, n’a alloué que 656 milliards de nairas pour répondre aux besoins de santé de sa population estimée à 198 millions de personnes.

Les médecins nigérians sont sous-payés, et l’indemnité de risque actuelle des médecins est de 5 000 naira, soit environ 12 dollars. Et ce, malgré les longues heures de travail et le fait que les médecins soient exposés au Covid-19 et à d’autres maladies comme la fièvre de Lassa. Bien qu’il existe un régime d’assurance en cas de décès en service, l’association nationale des médecins résidents affirme avoir perdu 17 de ses membres en service et leurs familles n’ont toujours pas reçu d’indemnités.

Il est peu probable que la grève ait un impact sur la campagne de vaccination contre le Covid-19 au Nigeria, car les infirmières ou les médecins non-résidents peuvent toujours administrer le vaccin dans les hôpitaux publics.

Selon l’Association médicale du Nigeria, en 2019, il n’y a que 40 000 médecins pour l’ensemble de la population du pays, ce qui est loin du ratio recommandé par l’OMS d’un médecin pour 600 patients. Les centres médicaux manquent également d’équipements et d’installations adéquats.

Selon The Guardian, le Nigeria perd environ 576 milliards de naira (1,2 milliard de dollars) au profit du tourisme médical. Et même si le gouvernement actuel a affirmé qu’il s’attaquerait au tourisme médical lors des campagnes de 2015. Le président nigérian Muhammadu Buhari a continué à faire ses voyages médicaux réguliers à l’étranger lorsqu’il a pris ses fonctions en 2015. En 2017, Buhari a séjourné au Royaume-Uni pendant plus de 100 jours consécutifs pour un problème de santé non divulgué.

Le président est actuellement hors du pays après être parti pour un contrôle médical deux jours avant le début de la grève des médecins résidents pour non-paiement des salaires. Il est parti malgré le fait que 17,3 milliards de nairas ont été alloués à l’hôpital d’État (l’hôpital de la présidence) dans le budget 2021.

Dans le cas du Nigeria, ce ne sont pas seulement les patients qui partent. Un nombre considérable de médecins émigrent du pays, la plupart se retrouvant aux États-Unis, en Grande-Bretagne, au Canada, aux Émirats arabes unis et en Afrique du Sud. Au moins 8 178 travailleurs médicaux originaires du Nigeria travaillent au Royaume-Uni, selon le General Medical Council britannique. La pandémie mondiale mettant à rude épreuve leurs systèmes de santé, des pays comme le Royaume-Uni et le Canada ont facilité l’immigration des professionnels de la santé.

La NARD a déclaré que l’association est toujours en pourparlers avec le gouvernement pour résoudre leurs préoccupations. Pour de nombreux Nigérians qui souffrent de la pandémie, la résolution de cette impasse est essentielle.