FR | EN

Français | English

vendredi, 03 décembre, 2021

|

29.2 C
Bamako
32.2 C
Niamey
32.1 C
Ouagadougou

|

19:51

GMT

Les Nigérians LGBT retournent à des universités homophobes

Par Shade Mary-Ann Olaoye

En décembre 2020, le syndicat des enseignants nigérians, l’Union du personnel académique des universités (ASSU), a mis fin à sa grève et les écoles ont commencé à reprendre les cours. Après avoir passé des mois à rester chez eux et à se forger une vie dans la pandémie, les étudiants nigérians LGBT qui ont levé des pancartes pendant le mouvement #EndSars, ont mobilisé le soutien à #QueerNigerianLivesMatter malgré l’oppression, et se sont défendus avec leurs articles et leurs vidéos, doivent maintenant faire face à l’anxiété de retourner dans un environnement universitaire homophobe.

« Les universités nigérianes sont des espaces hostiles pour les personnes homosexuelles. Cela l’est devenu encore plus après la SSMPA (Same Sex Marriage Prohibition Act) de 2014. La loi anti-homosexuel a en quelque sorte « habilité » les étudiants homophobes à faire respecter l’hétérosexualité obligatoire que la loi prescrit », a déclaré Onyemuche Anele Ejesu, professeur à l’université du Nigeria, Nsukka. « Il y a des histoires d’extorsion, d’agression, d’intimidation, etc. Les étudiants homosexuels sont impuissants dans les universités nigérianes. À qui signalez-vous les agressions et les intimidations ? À la police ou à l’administration ? »

L’incapacité à demander justice par crainte d’un nouveau harcèlement rend le quotidien plus difficile.

« Je détestais le fait de devoir retourner à l’école et m’asseoir avec mes camarades de classe fanatiques. Quand je suis à l’école, parce que je suis femme, je suis limitée dans beaucoup de choses, comme aller dans des endroits et interagir avec certaines personnes. Beaucoup de gens me demandent pourquoi je me comporte comme une fille, et avant que vous ne vous en rendiez compte, ils vous frappent durement », explique Ugonna-Ora. Il a dit avoir vu son ami se faire brutaliser pour avoir « marché comme il a marché toute sa vie ».

Vicwonder a lancé une chaîne YouTube pour documenter et partager son expérience d’homme ouvertement gay vivant au Nigéria. Il explique comment ses camarades de classe qui ont découvert sa vidéo de coming out ont insinué qu’il allait être coupé des cercles académiques importants pour ses notes. Lancer une chaîne YouTube était comme une thérapie, à part les commentaires homophobes ici et là, la réaction des gens à son contenu était étonnante et ils le lui faisaient savoir dans la section commentaires.

Grâce à l’esprit de résistance des jeunes Nigérians et à leur capacité à tirer le meilleur parti des situations difficiles, la grève de dix mois a permis à beaucoup d’entre eux de suivre de nouveaux processus d’apprentissage et de diversifier leurs talents et leurs possibilités. Pour certains étudiants nigérians homosexuels, le temps libre leur a permis de développer leur voix et leurs outils, ce qui les a aidés à défendre leurs droits plus dans la meilleure façon qu’ils connaissent. Certains étudiants de Lagos qui vont à l’université dans d’autres États s’inquiètent car, bien que Lagos soit toujours homophobe, elle est légèrement plus gérable que d’autres régions.

« Je pense que la grève m’a permis d’en faire plus. J’ai toujours été fort et j’avais déjà informé mes camarades de classe et mes professeurs de mon allosexualité en l’assumant dans sa totalité », a déclaré Matthew, un étudiant qui a été présenté dans des documentaires et des publications pendant la grève. Le retour à un environnement menaçant et traumatisant est un réajustement majeur, surtout avec la nouvelle circulation de publications mettant leur vie en danger. Depuis que Matthew a participé à des documentaires, iel a reçu des messages de menace par email et par l’intermédiaire de ses amis.

« Il y a cette solitude que je ressens chaque fois que je suis à l’école. Il n’y a aucun système de soutien et c’est juste fou. L’idée de reprendre les études était donc choquant, déprimante et un mélange d’autres sentiments », a déclaré Matthew.

Assurer la sécurité et la protection de la communauté LGBTQIA+ reste un problème, car des gens qui ne veulent pas désapprendre et évoluer dans leur homophobie profondément enracinée harcèlent les personnes homosexuelles sans craindre les conséquences d’un tel acte. C’est pourquoi les étudiants LGBT assument la responsabilité de leur propre sécurité et trouvent des moyens de naviguer leurs institutions et de réduire le risque d’être harcelés.

Ugonna évite les endroits qui ne veillent ni sur lui ni sur sa sécurité. Il évite d’être en compagnie d’hommes et de rencontrer des personnes qui pourraient être discriminatoires envers sa sexualité.

Et parfois, il faut être préparé physiquement. « A part porter une paire de ciseaux avec moi, (je ne sais même pas comment cela peut m’aider), je ne me protège pas vraiment. Je suis assez en forme, donc je crois que je peux me débrouiller seul », a déclaré Vicwonder.

Mais d’autres fois, il faut simplement courir, a expliqué Matthew. « Dans certains cas, je cours et je ne regarde pas en arrière. Je rentre dans ma maison et je verrouille mes portes. Faire attention à moi ne devrait pas me faire agir comme un fugitif, mais cette maison est en feu et je dois assurer ma sécurité pour que je puisse construire un autre jour ».