FR | EN

Français | English

jeudi, 07 juillet, 2022

|

25.2 C
Bamako
30.9 C
Niamey
27.3 C
Ouagadougou

|

05:30

GMT

Mali : Assimi Goïta, nouveau président de la transition

Il a été confirmé, vendredi 28 mai, par un arrêt de la Cour constitutionnelle qui a constaté la vacance de la présidence de la transition suite à la démission de Bah N’daw. La Cour a donc déclaré le colonel Assimi Goïta, président de la transition, Chef de l’État.

Après avoir constaté la « vacance de la présidence » dans l’article 1 de son arrêt, l’article suivant stipule que « le Vice-président de la transition exerce les fonctions, attributs et prérogatives de président de la transition pour conduire le processus de transition à son terme » et portera « le titre de Président de la Transition, Chef de l’Etat

Pour conduire le processus de transition à son terme, le colonel Goïta devra s’atteler à l’organisation des élections générales prévues au premier trimestre 2022, faire face à l’insécurité grandissante dans le pays et engager les réformes politiques et institutionnelles nécessaires.

La primature pour le M5

Après plusieurs rumeurs, la nouvelle a été annoncée vendredi après-midi par Assimi Goïta, à l’occasion d’une rencontre avec l’ensemble de la classe politique malienne. «Nous demandons votre soutien pour que le poste de Premier ministre revienne au M5-RFP. Incha Allah dans les jours à venir, le Premier ministre qui sera nommé aura pour mission de mener une large consultation entre les différents groupements, tous les Maliens seront concernés, en vue de mettre en place un gouvernement de consensus et d’inclusivité », a déclaré le colonel Goïta devant les différentes formations politiques présentes, dont le M5-RFP, mouvement qui a contribué à la chute de l’ex-président Ibrahim Boubacar Keita, le 18 août 2020.

Au cours d’un point de presse, les responsables dudit mouvement affirment que « le M5-RFP ne pouvait que prendre acte de la démission du Président et du Premier ministre de Transition » et promettent  » d’apporter l’appui ferme et sans équivoque du mouvement au processus de transition. » A l’unanimité, ils ont décidé de désigner Choguel Kokalla Maïga comme futur Premier ministre, à la demande du vice-président. « On nous a demandé de donner un nom pour le poste de chef du gouvernement et autour d’une même table de réunion, nous avons choisi Docteur Choguel Kokalla Maïga, pas, parce qu’il est le plus méritant ou le plus dévoué, mais par souci de continuité et de responsabilité au sein du mouvement », indiquent-ils .

Choguel Kokalla Maïga qui a toujours dirigé le comité stratégique du M5, a appelé au rassemblement. « Le vice-président a dit qu’ils se sont trompés, c’est courageux. Ce qu’il propose aux Maliens et qui rejoint la position du M5-RFP, c’est l’union de toutes les forces patriotiques pour reconstruire notre pays. Nous devons être humble et savoir qu’aujourd’hui, le M5 a la lourde responsabilité de rassembler les fils du Mali » affirme Dr Maïga.

La communauté internationale à travers les nations unies avait exigé le retour des civils à la tête de la transition, dans un communiqué publié après une réunion du Conseil de sécurité, le 26 mai dernier. La Communauté économique de l’Afrique de l’ouest (Cédéao), quant à elle, se penchera sur la situation au Mali, ce dimanche 30 mai au Ghana au cours d’un sommet extraordinaire des chefs d’Etat.

Sory Ibrahim Maïga