FR | EN

Français | English

vendredi, 21 juin, 2024

|

33.2 C
Bamako
37 C
Niamey
34.9 C
Ouagadougou

|

14:58

GMT

Mali/Burkina Faso/Niger : le récap’ de la semaine en 7 infos

Retrouvez ci-après, quelques faits qui ont marqué l’actualité de la semaine du 03 au 07 avril 2023 au Mali, Burkina Faso et au Niger.

Mali

La presse sans nouvelle d’un journaliste. « La Maison de la Presse a appris avec inquiétude la disparition de Aliou Touré, Directeur de publication du journal Le Démocrate. Selon ses proches, Aliou Touré n’est pas rentré à la maison depuis hier {jeudi 6 avril, ndlr} et ne répond pas aux appels téléphoniques« , indique le communiqué en date du vendredi 7 avril.

Des avions de l’armée survolent Kidal. La Coordination des mouvements de l’Azawad (groupe armé signataire de l’accord pour la paix et la réconciliation) a, dans un communiqué, dénoncé « une violation du cessez-le-feu du 23 mai 2014 » après le survol le 5 avril, de plusieurs de ses positions à notamment à Kidal et Tombouctou par « les avions de chasse des forces armées maliennes « .

Plus de 1300 victimes causées par les mines au Mali. Entre 2014 et 2022, les victimes directes et indirectes des Engins explosifs improvisés (EEI) et des mines sont évaluées à près de 1325.

Burkina Faso

Fonds de soutien patriotique : plus de 7 milliards francs CFA mobilisés en deux mois. Le 3 avril dernier, le Conseil d’orientation du Fonds de soutien patriotique a tenu sa première session pour faire le point sur les contributions reçues. Au total, plus de 7 milliards francs CFA ont été collectés à la date de 30 mars 2023, a informé le ministre de l’Economie, des Finances et de la Prospective, Aboubakar Nacanabo. Le Fonds de soutien patriotique a été mis en place en janvier 2023 pour la prise en charge des Volontaires pour la Défense de la Patrie (VDP). Selon le M. Nacanabo, une prise en charge optimale des VDP sur une période de trois mois nécessite un budget de 13 milliards de francs CFA.

Au Burkina Faso, un habitant sur cinq a besoin d’aide humanitaire. La situation humanitaire au Burkina Faso est plus préoccupante que jamais cette année, ont alerté mardi les agences humanitaires de l’ONU qui ont lancé leur Plan de réponse humanitaire 2023, avec un financement requis de 877 millions de dollars pour une aide prioritaire. Selon le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l’ONU (OCHA), les besoins des personnes affectées ont augmenté à la fois en termes de gravité et d’échelle géographique par rapport à 2022.

Niger

Insécurité à Agadez. Les ministres de la Défense nationale et de l’Intérieur ont co-présidé, mardi 4 avril, une réunion sur la situation sécuritaire qui prévaut notamment dans la ville. « Les informations qui arrivent au niveau national sont inquiétantes« , a déploré le ministre de la Défense, Alkassoum Indatou. Le ministre de l’Intérieur, Hamadou Adamou Souley, a, pour sa part, indiqué qu’Agadez est « la seule capitale régionale qui est dans cette situation où des braquages se font en plein jour avec mort d’hommes. C’est une situation intolérable et qui discrédite tout le monde« . Tous les deux ont annoncé des mesures urgentes pour « mettre fin à la situation.

L’OIM se dit préoccupée par le sort des migrants au nord du Niger. Environ 7 700 migrants expulsés d’Algérie sont actuellement bloqués au Niger dont 5 000 à Assamaka, dans la région d’Agadez, au nord du pays. Selon l’Organisation internationale pour les migrations, les migrants ont un besoin urgent en nourriture, eau potable, abris, assistance médicale et protection. « Ces derniers mois, la région d’Agadez a connu une forte augmentation du nombre de migrants revenant d’Afrique du Nord. Plus de 90 pour cent des personnes précédemment assistées sont originaires du Mali, de la Guinée, du Nigéria et de la Sierra Leone« , indique l’OIM.